La diaspora des Desrosiers de Michel Tremblay
Léméac / Actes Sud, Thésaurus, 2017, 1389 pages

« Tu penses que c’est chaud, dans l’Ouest, en été ? Ben, si tu veux connaître ça, les canicules, chère tite-fille, va à Montréal en juillet. (…) C’est pas chaud, c’est gluant ! »

Ce Thésaurus regroupe neuf romans :

La Traversée du continent
La Traversée de la ville
La Traversée des sentiments
Le Passage obligé
La Grande Mêlée
Au hasard la chance
Les Clefs du Paradise
Survivre ! Survivre !
La Traversée du malheur

On y suit deux familles, de 1913 à 1941. Celle de Rhéauna Desrosiers, dite Nana ou La Grosse Femme dans les Chroniques du plateau Mont-Royal, et celle de Gabriel, son mari. Comment vous dire… Michel Tremblay n’a jamais écrit autre chose que l’histoire de sa famille, dans son oeuvre tout se rejoint, tout se recoupe, sans jamais se répéter. Tout au contraire, passer d’un roman à un autre renforce les liens qui se sont établis très naturellement avec chacun des personnages et nous donne l’impression d’approfondir, toujours avec beaucoup d’acuité et de sensibilité, ce qui donne à chacun son individualité. Rencontrer Nana alors qu’elle a à peine douze ans, en Saskatchewan, et la quitter à Montréal alors qu’elle vient tout juste de décider de donner naissance à l’auteur est autant une joie intense qu’un déchirement : comment quitter cet univers ? Comment continuer à vivre, à lire autre chose, quand tout ce qu’on voudrait c’est que ça ne finisse jamais ? J’ai arrêté de compter les fois où j’ai bloqué les sanglots dans ma gorge, et j’aimerais être capable d’expliquer avec précision ce qui me touche autant dans la prose de Michel Tremblay. Ca a quelque chose à voir avec l’épiphanie éprouvée par Edouard, quand il se rend compte que le quotidien pendant la seconde guerre mondiale colore ce qui a été sa vie jusqu’à présent d’une sévère couche de superficialité. Au travers d’anecdotes qui déclinent la gamme des émotions humaines, Michel Tremblay atteint la simplicité extrême, celle qui est indépassable car parfaitement nue. C’est la vie. La Vie. Notre vie, qu’il raconte. Et il n’y a rien de plus fort. Bouleversant et hautement chérissable.

Le personnage parle en 1913. Michel Tremblay a écrit ceci en 2007 :

« En grandissant, tu vas te rendre compte qu’on vit dans un monde fait par les hommes, pour les hommes… pis souvent contre les femmes… C’est comme ça depuis la nuit des temps, on peut rien y changer, pis celles qui essayent de changer quequ’chose font rire d’elles… Elles ont beau se promener dans les rues avec des banderoles pour exiger le droit de vote, par exemple, tout le monde rit d’elles… même les autres femmes… Tu comprends, on a juste trois choix nous autres : la vieille fille ou ben la religieuse – pour moi c’est la même chose -, la mère de famille, pis la guidoune. J’te dis pas que c’est des mauvais choix, j’te dis seulement qu’on n’en a pas plus que trois. Le reste leur appartient à eux autres. Les hommes. (…) Ou alors trouve-toi une quatrième voie, tu m’as l’air assez intelligente pour ça… Essaye, en tout cas. »

 

« C’est du champale Mouette et Chardon. Elle rit. Fabriquent-ils aussi de la Veuve Coquelicot ? »


 

Tarzan par les Matantes :

« Toute une pièce d’homme, j’ai rien que ça à vous dire !
– C’est-tu vrai qu’y est tout nu tout le long du film ?
– Presque…
– En tout cas, dans les annonces, y a pas l’air de porter grand-chose.
– Non, juste un… un… comment ça s’appelle, donc…
– Un peigne.
– … un pagne ! Y porte juste un pagne qui cache pas grand-chose, c’est vrai… Pis y a tout un corps ! J’avais jamais vu une affaire pareille ! Y a dû en travailler un coup pour se bâtir un body pareil ! Pis y virevolte d’une liane à l’autre, là, ç’a pas de bon sens de voir ça ! Mais c’est drôle, quand y saute d’une liane à l’autre, justement, la guenille r’vole, des fois pis on voit qu’y porte un sous-vêtement…
– Une bonne chance, sinon on y verrait la brimbale !
– C’est ça qu’on veut voir, aussi !
Elles rient de bon coeur. »

Ceci est ma première participation au mois québécois de Yue Yin et Karine.

Québec en novembre

 

Publicités