Une surprise pour La Fée Fifolette de Mimi Zagarriga et Christiane Hansen (Bayard)

La Fée Fifollette (une gentille fée avec une baguette magique cassée) est certaine qu’il se passe quelque chose aujourd’hui, mais elle ne se rappelle plus quoi… En attendant, elle met de l’eau à chauffer pour faire des pâtes. Il lui faut du sel, Abracadabelle, mais là… SURPRISE ! Ce n’est pas du sel qui apparaît. Après quelques autres péripéties dûes à sa baguette magique cassée, elle se souvient ce qui se passe aujourd’hui… Un livre musical très coloré et joyeux auquel l’utilisation de la baguette magique fournie donne un coté mystérieux : on a essayé d’activer les puces sonores avec tout un tas d’autres choses, rien ne fonctionne. C’est vraiment magique 😉 Dès 3 ans.


Paco et Mozart de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse)

Les Paco et Mozart sont préconisés à partir de 3 ans mais je les offre bien avant ça, tant il est facile d’appuyer sur les puces sonores – bien que les pages soient en papier, et surtout, ça marche à tous les coups. Je ne connais aucun enfant capable de résister à « La Reine de la nuit« , et la qualité audio est parfaite. Un must !


Splat fait son spectacle de Rob Scotton et RM Vassalo (trad) (Nathan)

La série des Splat est préconisée à partir de 4 ans et a un grand fan dans mon entourage, je complète sa collection petit à petit et cet épisode (un peu ancien, 2014 je crois) est très sympathique : c’est le spectacle de fin d’année à l’école de Splat et ils donnent Cendrillon (enfin, pardon, CHADRILLON^^). Splat est très content de son rôle (un cheval) mais voilà que l’acteur qui devait incarner le prince charmant a une allergie à cause du trac ! Pas bien vaillant lui non plus, Splat se donne à fond pour les beaux yeux de Kattie mais son costume est trop grand, et … Drôle, rythmé, illustrations pimpantes, tout est chouette.


Un point c’est tout de Xavier Deneux (Milan)

Ce livre-ci est superbe et fait un très joli cadeau dès 3 ans : c’est un livre surprise. On y joue avec les points, un par un, la découpe de la page suivante ne laissant absolument pas deviner ce qu’on va voir. Sur chaque page, des points (de 1 à 10) sont découpés. de son doigt, l’enfant en suit les contours, puis il les compte, observe leurs couleurs et imagine ainsi quel animal se construit. Exercice de mémoire au fil des lectures, il permet aussi de compter, sans y prendre garde. Grand format et carton épais, il a de l’allure !


Les aventures d’un doudou à travers le monde de Lenia Major et Claire Shorrock (Circonflexe)

J’adore cette histoire ! La transmission d’un petit ours en peluche qui, tombé d’un sac à dos dans le Midi de la France, finira ses jours dans le cabinet d’un médecin en Provence, en étant passé par le Japon et les Etats-Unis, entre autres. Toujours aimé et cajolé, il est passé de bras en bras avant de trouver « sa » maîtresse, qui jamais ne l’égara. Les illustrations sont douces et le format idéal pour lire, relire et rerelire ce très très beau voyage. 3 à 5 ans.


Emma ne veut pas dépasser de Céline Person et Francesca Dafne Vignaga (Circonflexe)

Encore une petite merveille aux éditions Circonflexe que ce bel album, d’un très grand format, aux illustrations vaporeuses. Il nous présente Emma, une petite fille qui adore dessiner mais dont la hantise est de dépasser. Elle s’applique très fort, et quelque chose bloque un peu son plaisir – elle a vraiment très peur de dépasser. Et si, au contraire, dépasser permettait d’accéder à quelque chose d’autre, de mieux peut-être ? Jolie histoire qui chante la curiosité et la créativité, dans un imaginaire riche et joyeux. J’ai beaucoup aimé la petite touche d’humour avec les « Tu dessines ? » répétés d’Emma. 4 à 6 ans.


Tétine Man vous salue bien de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

J’avais bien accroché avec le premier volume de Tétine Man qui m’était passé entre les mains et Arthur, bientôt 3 ans, aussi (sa maman m’a raconté qu’un jour, il mangeait vraiment n’importe comment, il en mettait partout, enfournait tout à toute vitesse avec les mains, une horreur – et pas du tout son habitude – elle lui demande mais qu’est-ce que tu fais Arthur ? Il lui a répondu (très sérieusement) : « Je bâfre, maman ». (C’était dans Tétine Man, effectivement, par opposition à lui qui parvient à manger sans que jamais on ne le voie ôter sa tétine, certains enfant bâfraient à titre d’exemples de façons de manger.) Elle n’a pu que rire !), j’ai donc décidé de lui offrir tous les volumes. Celui-ci est aussi drôle, surtout qu’il s’agit dans un des trois épisodes de faire éclater de rire Tétine Man dans le but de lui faire cracher sa tétine (ça ne fonctionne pas, évidemment, il est trop fort Tétine Man, tss). C’est drôle jusque dans les détails, le livre que lit Wandrille, le copain de Tétine Man, c’est… « La théorie des cordes« , ou encore Wandrille joue bien, parce qu’avec lui, on est tous les deux chef chevalier ;o))


Tétine Man est le plus fort de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

C’est dans ce deuxième volume que j’apprends l’âge de Tétine Man : il a quatre ans. Alors en effet, on comprend qu’il doive négocier (enfin, Tétine Man ne négocie pas, il impose, en réalité !) le constat port de sa tétine. Dans ces trois épisodes (très drôles, comme toujours), il épuise une monitrice de colo, il perd papa au marché, et il énerve le papa de Luca pendant le spectacle de fin d’année. Le tout sans jamais retirer sa tétine, même pour goûter un radis ! Trop fort !


Tétine Man n’a peur de rien de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

C’est le tout premier volume des aventures de Tétine Man et il contient tout ce qui fait la magie de ce petit héros empli de courage grâce à sa tétine : tout sonne juste. Qu’il parvienne à occuper la dame de la piscine pour qu’elle n’inspecte pas les enfants pendant de trop longues minutes, qu’il éloigne le chien de son tonton qui en veut à sa tototte chérie, ou qu’il fasse se trémousser mamie pour ne pas apparaître sans sa tétine pendant une descente de luge (impossible d’en faire une sans crier, on le sait bien !), on le suit en souriant et on en veut encore !


Le manchot qui en avait marre d’être pris pour un pingouin de Nicolas Digard et Christine Roussey (Nathan Albums)

« Qu’on se le dise : un manchot n’est pas un pingouin !
Pierrot Manchot lisait le journal dans un parc, quand un ours passa près de lui et le salua poliment :
– Bonjour, monsieur Pingouin !
À ces mots, Pierrot Manchot bondit de son banc, furieux :
– J’en ai plein le bec, par dessus les nageoires, marre aux canards ! J’en ai assez que tout le monde prenne les manchots pour des pingouins ! Il faut que cela cesse !« 
Un album plutôt génial où tous les animaux que l’on prend pour un autre se rebellent et s’unissent pour faire entendre leur exaspération. Tous ? Non… l’épilogue est marrant comme tout, comme d’ailleurs le déroulé et les très chouettes illustrations. On fera attention dorénavant, promis, aux oreilles du hibou et à la … chouettitude de la chouette, à qui se dresse sur ses nageoires de devant ou au nombre de bosses sur le dos des chameaux / dromadaires ! Dès 3 ans.
Publicités