L’amour, accessoires de Fleur Breteau
Verticales 2017, 269 pages

Elle cherchait du travail, son réseau lui fait rencontrer un jeune homme qui a une idée de lovestore : loin des clichés du sex shop glauque, un endroit développant le concept « d’aide au développement durable du couple ». Des accessoires érotiques, bien sûr, mais pas seulement; du fun, du pailleté, du doux, du safe, des conseils de bon sens, de la bienveillance en élément principal. Elle devient co-fondatrice de la marque et pendant six ans l’accompagne de son mieux, entre impression d’utilité publique et sentiment d’imposture. C’est tout ça qu’elle nous raconte, d’un angle à la fois résolument personnel (en filigrane, sa vie privée – par touches) et constellé d’anecdotes (de tous genres), sans oublier de dégager quelques considérations d’ordre plus sociétal. Ca se dévore, c’est édifiant et pudique, souvent amusant, quelquefois effrayant. Un récit documentaire hautement recommandable.

Le billet de Claro.

 

« Des designers de sextoys, j’en ai rencontré des grands, des petits, des drôles ou des timides – ou les deux, jeunes beaux gosses, inventeurs un peu dingues, doués et impliqués, ignares ou de passage dans le métier. Et un jour comme un autre que l’on me présentait le dix-septième designer de sextoys de ma vie, agréable et plein d’idées, eh bien en ce jour-là, paf ! une révélation me tombe dessus. C’est encore… un homme. Imaginez découvrir que les concepteurs de berlines allemandes ou d’avions Airbus sont quasiment uniquement des femmes. Vous le remarqueriez, n’est-ce pas ? Sans dire que vous trouveriez cela insensé, mais ce serait un fait remarquable. »

 

Publicités