Notre vie dans les forêts de Marie Darrieussecq
P.O.L. 2017, 189 pages

Une femme, mal en point, écrit sur un cahier avec un crayon. Elle s’est échappée, a « disparu » de la société dans laquelle elle vivait. Elle a rejoint un groupe dans une forêt, ils survivent, peu nombreux et divisés – sur ce qu’il faudrait faire, sur la façon dont ils peuvent s’organiser. Ils ne font pas les choses très correctement – certains de leurs actes sont plus que limites. Cette narratrice était psy, il lui a fallu longtemps avant de comprendre. Elle nous raconte, pas-à-pas, sa prise de conscience….
De la pure SF ! Racontée sur un ton guilleret malgré la noirceur du propos, cette histoire tient en haleine de bout en bout et se révèle être une sorte de conte sociétal extrêmement frappant.
Pour la petite histoire, c’est le tout premier livre que j’ai acheté pour cette rentrée littéraire, déniché avant sa date de parution officielle dans une toute petite librairie d’un village de l’Aisne. J’ai ensuite lu quelques avis négatifs qui m’en ont écartée, avant que l’autrice elle-même de me redonne envie de la lire lors de son passage dans La Grande Librairie. J’aurais dû passer outre les avis des autres, car j’ai adoré.

Publicités