Quel billet, mazette. J’admire.

Le tour du nombril

image.html

Mais la forêt n’a jamais perdu ses propres règles, son propre règne, son ventre de nuit sauvage.

Politic poetry. Poésie du temps présent aussi. Thomas Vinau, on ne le présente plus. Poète qui observe son temps et passe à la prose de en temps. Vinau distille ses histoires de peu de mots. Pas beaucoup de pages et des respirations. Comme pour mieux ingérer ces phrases qui sonnent comme des vers et nous prennent par la main.

Thomas Vinau nous emmène où il veut. Il nous raconte la marge, la lisière. Il nous fait sortir du chemin où avance le troupeau. La forêt, sauvage, où se cachent ceux qui refusent la norme. Ceux qui fuient l’ordre dicté. les non conformistes, les insoumis (c’est lui qui l’écrit), ceux qui refusent de montrer du doigt ceux qui ne leur ressemblent pas. J’ai pensé à Comès, à La Belette et à Silence.

La vie…

Voir l’article original 392 mots de plus