Conversations avec un enfant curieux de Michel Tremblay
Actes Sud 2017, 149 pages

« Des mystères, c’est pas fait pour être compris, Michel, c’est fait pour… pour être mystérieux ! »

Ce recueil de conversations est une pépite, que l’on connaisse l’oeuvre de Michel Tremblay ou pas. Quarante dialogues qui retracent son enfance, où l’on constate la réalité – fatigante pour les proches – d’un enfant curieux, dont le mot principal est, de toute évidence, « pourquoi ? ». Il tanne, le Michel. Sa mère, son père, ses copines*, ses oncles et tantes et surtout son instit, qui en perd un petit peu ses nerfs. Il veut tout comprendre, n’hésite jamais à disséquer ce qu’on lui dit, donnant des textes hilarants (« … et le Saint Esprit »), le tout avec une tendresse immense et servi par le si joli français du Québec. Ainsi, par exemple, l’expression « à longueur d’année » devient « à l’année longue » ou le genre du mot radio l’occasion d’une conversation avec sa mère. On en voudrait encore !

* « Début d’une grande amitié :
« On vous a vus déménager, hier. Ma mère m’envoie vous souhaiter la bienvenue sur la rue Fabre. C’est quoi vos noms ?
– Dis pas ton nom, Louise.
– Non, non, Ginette. » »

« Lis donc comme tu veux, pauvre t’enfant, d’abord que tu lis. Laisse faire le reste. »

Publicités