Tic-Tic la girafe d’Edouard Manceau (Frimousse)

Ce livre est un mystère ! Je l’ai acheté parce que j’ai écouté la conférence de Patrick Ben Soussan à l’Ecole des loisirs, (par ailleurs très intéressante), et voici ce qu’il en disait : « C’est un tout petit livre qui s’appelle « Tic-Tic la girafe » d’Edouard Manceau, qui raconte en gros la transformation d’une girafe, un petit bouquin cartonné, une dizaine de pages totalement anodines, un texte sans aucun intérêt, et en fait quand vous y regardez d’un petit peu plus près, en gros ça s’appelle un conte d’avertissement; ça parle pour le moins de sexualité très hot, « h » « o » « t », à l’adresse des tout petits bébés. En gros y a que eux qui comprennent, et quand vous lisez ce livre à des adultes, ben ils vous disent ah ouais, bof. Mais ils n’ont pas compris. Donc vous allez voir, la prochaine fois que vous allez rencontrer Tic-Tic la girafe vous allez vous dire, mais, qu’est-ce qu’il a voulu dire Ben Soussan ? Alors on verra si vous allez le découvrir. » Alors c’est tout vu : je n’ai pas compris ?!


 Toute la beauté du monde n’a pas disparu de Danielle Younge-Ullman (Traduit de l’américain par Laëtitia Devaux) (Gallimard, Scripto)

Où l’on suit Ingrid, seize ans, dans sa difficile découverte de la vie dans la nature. Elle savait que c’était un camp d’été à la dure, trois semaines à aller au bout de ses forces, mais n’avait aucune idée du quotidien concret et des personnes avec qui elle devrait frayer. Accepter ce séjour faisait partie d’un deal avec sa mère, dont elle nous entretient à rebours, éclairant progressivement une intrigue dense et sentimentalement exigeante. La construction est subtile et on se fait cueillir par l’épilogue, qu’on n’avait pas anticipé. A partir de 13 ans.


 L’attrape-cauchemars de Paule Battault et Charlotte Ameling (Milan)

Un livre à toucher… si tu l’oses ! claironne la couverture, et si de fait, on retrouve toutes les matières habituelles des livres à toucher, la manière de les mettre en scène est amusante : il s’agit de chasser les cauchemars en agissant directement sur leurs protagonistes. On caresse les pieds poilus de l’ogre pour l’envoyer au placard, on tire sur les cheveux fourchus de la sorcière ou encore on chatouille le fantôme sous les bras. Mais quand on a terminé de chasser tous les cauchemars, si on n’a pas envie de dormir finalement, on peut aussi taper bien fort dans ses mains pour les réveiller 😉 Dès 1 an.


 Tout un monde sous l’eau de Kate Messner et Christopher Silas Neal  (traduction Chloé Lopez) (Gründ)

C’est un très bel album au grand format qui nous invite à une promenade en  barque sur un étang. Page après page, nous observons la vie qui grouille au-dessus et en-dessous de l’eau, assistant au ravitaillement des castors ou à la pêche d’une loutre, tandis qu’un jeune chardonneret s’apprête à quitter son nid pour la première fois. Il y a mille choses à voir et beaucoup d’animaux dont on découvre le nom, bien aidés pour cela par les doubles pages finales qui nous éclairent à leur sujet. A partir de 5 ans.


Publicités