Rouge de Michel Galvin (Rouergue)

rouge

C’est l’histoire d’un petit caillou rouge qui déboule comme ça d’un coup sur une page qui auparavant était toute vide. Il va rencontrer d’autres objets et se mettre à jouer avec eux, ils vont monter les uns sur les autres, combiner des figures et faire du « on dirait que » (j’étais un oiseau, etc.), jusqu’à ce que tout à coup, patatras, tout tombe, il faut ranger. Mais où est donc le petit caillou rouge, maintenant ? On le cherche, sur plusieurs pages, en haut, en bas, à droite, à gauche, mais il n’est plus là. Il est allé se ranger, parfaitement aligné, sur la 3° de couverture, avec tous les amis qu’il a rencontré pendant son aventure, qui ont tout un nom (Chavrotte, Plinette, etc.), sauf lui. Comment va-t-on l’appeler ? Un album magnifique qui allie une histoire entraînante à des illustrations luxueuses, le tout dans un grand format aux pages riches. Destiné aux enfants à partir de 2 ans, ce livre sera offert à chaque nouveau-né de 2017 dans le département du Val-de-Marne, les chanceux.


 Je conduis comme un grand ! d’Anne-Sophie Baumann et Pierre Caillou (Kididoc, Nathan)

kididoc

Ceci est un livre jeu qui intéressera les petites mains dès 14-15 mois mais qui sera véritablement apprécié vers 4 ou 5 ans : sur chaque double page, un univers : un camion de pompier, le TGV, un paquebot, une voiture, un avion. Le but ? Conduire. Quelques consignes pour se montrer un conducteur efficace mais surtout, ô joie, ô liesse, des tas de petits bidules partout à manipuler. Un volant, bien sûr (dès la couverture), mais aussi des manettes, des boutons, des petites portes, on fait glisser, on pousse, on tire, bref, on joue et franchement, ça le fait. Il est précisé en 4° de couv que les habitacles proposés ont été simplifiés mais le livre a néanmoins été relu par de vrais pilotes et conducteurs.


Coucou de Giuliano Ferri (Minedition)

coucou

Un livre à rabats destiné aux plus jeunes (dès quelques mois), petit format, carton épais, et sur chaque page de droite se cache un petit animal derrière ses papattes. Lorsqu’il en sera capable, le bébé sera ravi d’ouvrir lui-même les rabats et de voir apparaître les petites bouilles toutes mignonnes (indémodable le jeu du cache-cache ! Ca marche tellement bien ! Ils ne se lassent jamais). En dernière page, surprise ! C’est un miroir qu’on découvre derrière deux petites mains.


Monkey and Me d’Emily Gravett (MacMillan)

gravett

Une petite fille et son singe en peluche scandent une petite ritournelle tout en mimant le mouvement d’un animal, le petit lecteur doit deviner lequel et a la réponse en tournant la page. On voit ainsi un kangourou, un pingouin ou encore un éléphant avant – d’enfin – voir de petits singes, et ça rigole forcément bien lorsqu’on se prête soi-même au jeu des imitations (allez donc imiter la chauve-souris :))


Une petite soeur ça sert à quoi ? de Sophie Bellier et Sophie Ledesma (Fleurus)

petite-soeur

Cabotin est un petit écureuil très content de rentrer de la maternité avec sa nouvelle petite soeur, mais qui déchante vite en constatant qu’elle ne fait rien, rien du tout : inutile d’attendre qu’elle se réveille pour jouer avec lui, elle est trop petite; alors qu’il lui prépare avec enthousiasme une tartine au chocolat pour le goûter, elle ne fait que boire du lait; au parc, elle reste dans sa poussette; et même quand il fait le pitre pour elle, elle ne rit pas ! Mais Papa et Maman vont lui expliquer et lui montrer tout ce à quoi sert une petite soeur :  se sentir aimé, rempli d’amour, devenir grand, très gentil et tout simplement se sentir devenir un grand frère. Un petit livre aux pages plastifiées qui démontre avec simplicité le pouvoir extraordinaire des bébés.


La voiture d’Arthur de Nathalie Bélineau, Alexis Nesme et Emilie Beaumont (Fleurus)

voiture-d-arthur

Destiné aux très très jeunes, ce livre subira sans broncher les pires manipulations : petit, épais, plastifié et les pages de carton très épais, elle propose trois ou quatre phrases qui riment souvent sur une double page au graphisme rond et joyeux. A offrir sans faute à tous les petits Arthur, bien sûr.


L’imagerie Puzzle : L’alphabet d’Emilie Beaumont et Mélusine Allirol (Fleurus)

l-alphabet

Quatre illustrations par page avec la première lettre qui peut se détacher facilement et se réinsérer (principe du puzzle) plus un alphabet complet sur le même principe en dernière page, ce livre-jeu permet une première approche avec les lettres et demeure dans le même temps un imagier classique : malin dans le principe et ludique dans la réalisation.


Mon petit bébé : Lapin de Nathalie Bélineau, Nadia Berkane et Emilie Beaumont (Fleurus)

lapin

Un livre destiné aux tout petits avec son mini format et ses pages épaisses et où l’on suit un bébé lapin dans son apprentissage de la vie : sortir dehors pour la première fois, déterrer une carotte, faire des petits bonds ou faire des bêtises, tout se passe bien puisque Maman veille sur lui, l’encourage et le câline. Un graphisme tout mignon pour un moment tout en douceur.


Non ! Je ne veux pas : le pot de Camille Dubois, Emilie Beaumont et Nathalie Bélineau (Fleurus)

pot

Ah, la période du non. Impossible d’y couper, censée se dérouler vers les 2 ans elle n’a en réalité pas cette exactitude et hélas a tendance à s’estomper en récidivant ponctuellement. En ce qui concerne l’apprentissage de la propreté, on ne peut que souhaiter que les mésaventures et réussiutes du petit Théo puissent inspirer nos petits négatifs mais de toute façon on sait qu’ils aiment toujours les livres qui parlent de leurs propres préoccupations.


T’choupi veut regarder la télé de Thierry Courtin (Nathan)

tchoupi

T’choupi a pris un coup de vieux, la série est pourtant encore en vente en l’état et bénéficierait grandement d’une petite mise à jour. Dans ce « veut regarder la télé« , rien ne va (ou presque) : Maman ne propose qu’une alternative à la télé  : construire un château (et lire un livre ?); elle lui met une cassette (c’était 2002); elle le laisse regarder seul dans une pièce et gérer le son (en venant râler quand c’est trop fort). La chute, elle,  est sympathique, comme toujours avec T’choupi. Ouf. Mais bon.


 

Publicités