When in French (Love in a Second Language) de Laurens Collins
Penguin Press 2016, 238 pages

Lauren Collins est une américaine pur jus, élevée en Caroline du Nord elle s’installe dans un premier temps à New-York et son travail au New Yorker lui permet bientôt de se baser à Londres. Elle y rencontre Olivier, un français de Bordeaux, et le suit en Suisse. Ils communiquent en anglais, ce qui leur va très bien jusqu’à ce que l’idée d’avoir des enfants lui fasse ressentir intensément la nécessité de maîtriser le français : pas question d’être coupée de la moitié de leurs discussions. Ca part de loin, quand ils sont obligés de s’appeler mutuellement « mon amour » et « bébé » tant la prononciation de leurs prénoms respectifs pose problème au palais de l’autre… Entrecoupé d’anecdotes pour la plupart savoureuses (et avec beaucoup d’humour), le récit de Lauren Collins détaille ce qu’est un langage et l’influence extrême qu’il exerce sur une personnalité. Convoquant l’Histoire et les grandes figures qui de tout temps se sont penchées sur le sujet ce livre fourmille de pistes et d’informations qu’on voudrait apprendre par coeur, tant c’est passionnant. A lire de préférence en vo, mais pour les réticents Flammarion proposera une traduction en janvier 2017.

« Entrusting oneself to a translator, or to a translation, is an act of faith. A person who knows two languages can make fast fool out of those with only half his repertoire. In the mid-1990s Denis Duboule, a postdoctoral student in genetics in Strasbourg, France, came up with a new technique to produce duplication in the chromosomes of mice. Like 98 percent of scientists, he was to publish his findings in English. One Friday afternoon, he and some colleagues got together to decide what to call their discovery. Over beers, they hit upon TAMERE – « targeted meiotic recombination ». In later papers, francophone researchers detailed their advances in sequential targeted recombination induced genomic approach (STRING) and pangenomic translocation for heterologous enhancer reshuffling (PANTHERE). It wasn’t until 2014 that English speaking geneticists learned that their French speaking peers, for the better part of two decades, have been having a laugh at their expense. Ta mère (« your mom ») is shortland for niquer ta mère (« fuck your mother »). The apotheosis of mère-slagging is Ta mère en string panthère – « Your mom in a leopard G-string ».

Top l’accouchement en Suisse !

acc-suisse

Publicités