sachar

Chemins toxiquesLouis Sachar
Gallimard Jeunesse, 2016, 237 pages
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-François Ménard (Fuzzy Mud 2015)

« Tamaya ne se plaignait jamais. Parfois, quand elle avait peur, elle se répétait les dix vertus qu’on lui avait fait apprendre par coeur à l’école Woodridge : « Charité. Propreté. Courage. Empathie. Grâce. Humilité. Intégrité. Patience. Prudence. Tempérance. »
Destiné aux 9-13 ans, ce roman, comme tous ceux de Louis Sachar, se lit avec un énorme plaisir bien après 13 ans. Le moindre détail de son intrigue se savoure, de cette école enfoncée à l’orée d’un bois à la narration relayée par des rapports d’enquête, et l’on se passionne tout autant pour l’angoissante progression de la « boue d’écume » que pour l’histoire d’amitié que l’on voit naître, toute fragile et gracieuse. A la fois thriller écologique (totalement SF en ce sens) et roman d’apprentissage, « Chemins toxiques » sonne juste d’un bout à l’autre et je le recommande chaudement.

Publicités