« Elle croyait dans les deuxièmes chances, parfois plus que dans les premières, souvent gâchées par la jeunesse et l’imprudence. »

Pactole

Le PactoleCynthia d’Aprix Sweeney
Fleuve éditions, 2016, 432 pages
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Damour (The Nest)

« A une époque, ils se racontaient tout – ou, corrigea-t-elle mentalement, elle lui disait tout et il lui disait ce qu’elle avait besoin de savoir. »

Pour son premier roman, l’ambition de Cynthia d’Appris Sweeney, comme elle l’indique en dédicace, était de bien raconter une bonne histoire : pari tenu. Nous sommes à New-York de nos jours et la famille Plumb vit depuis toujours dans l’attente du « Pactole ». Le patriarche, en effet, a préparé sa succession en plaçant une somme modeste pour ses enfants qu’ils ne pourront toucher qu’après le quarantième anniversaire de la benjamine. Entre temps, l’argent a fructifié jusqu’à devenir une très coquette somme dont la promesse a amené chacun des quatre enfants à vivre au-dessus de ses moyens. Alors lorsque l’un d’entre eux fait capoter le truc c’est la panique… Roman choral et divertissant, « Le Pactole » est fermement implanté dans les dysfonctionnements d’une famille colorée et attachante, dont on suit les péripéties avec intérêt. Pour ceux qui aiment Armistead Maupin ou Yves Beauchemin, par exemple.

 

Net Galley

Publicités