hand

Images fantômesElizabeth Hand
Super 8 éditions, 2016, 408 pages
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Brigitte Mariot

Bientôt la cinquantaine pour Cass, qui continue à vivre comme du temps de sa jeunesse punk : un petit boulot dans les réserves d’une librairie, un mélange de médicaments, de drogues et d’alcool en guise d’alimentation, et un sommeil à contre-courant – quand elle dort. Traumatisée par le viol qu’elle a subi, solitaire, mauvaise fille de toute façon, elle a une passion : la photo. Sa petite notoriété dans ce domaine l’amène sur une petite île du Maine, c’est la fin de l’automne, tout est étrange, à commencer par elle…
J’ai aimé l’ambiance de ce roman – gentiment flippante – et le suspens fonctionne correctement; malheureusement quelques petits éléments de l’écriture m’ont empêchée d’y croire tout à fait; par exemple, Cass porte un blouson *en cuir* : ça nous est précisé quelque chose comme… 27 fois ? Même chose pour le fait de *sentir* les ennuis qui s’annoncent – des éléments répétés et répétitifs qui ne débouchent pour autant sur rien. De l’effet d’annonce qui s’évanouit. Et qui agace…

Net Galley

Publicités