« Ce qu’il faudrait, c’est un livre qui vous transporte loin de ce monde pour toujours. Ca s’appelle un flingue, je crois. »

Founds

Le Bestiaire fantastique de Mme FreedmanKathleen Founds
Plon, collection Feux croisés, 2016
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Caroline Bouet

La collection Feux croisés chez Plon révèle régulièrement des petites pépites, et ce premier roman de Kathleen Founds en est une (elle m’a d’ailleurs évoqué Maria Semple et son réjouissant « Bernadette a disparu »). L’histoire se dessine en creux dans une construction essentiellement épistolaire (mails, copies d’élèves, journaux intimes, notes et récits croisés… les matériaux sont multiples mais toujours distancés par rapport à la progression de l’intrigue) et l’histoire est tragique; il s’agit de la lutte, sa vie durant, de Laura Freedman contre l’hérédité génétique d’une maladie mentale. Elle se lie d’amitié avec deux de des élèves, qui maintiennent le contact lorsqu’elle est internée. On les suit tous les trois, au fil des années et à travers leurs diverses interactions, dans un petit trou paumé au fin fond de l’Amérique et on ne s’ennuie pas un instant, tant les tonalités et les ruptures de style foisonnent. Une comédie dramatique vraiment très réussie, où l’on rit autant que notre coeur se serre. C’est Cathulu qui m’a donné envie.

« J’ai autant envie de devenir infirmière que de me transformer en brontosaure, et vu mon niveau en chimie, ce sont deux possibilités de carrière aussi réalistes l’une que l’autre. »

« Chère Janice,
Ca n’était vraiment pas nécessaire de demander au Maître de me faire la leçon au sujet du harcèlement. En fait, c’était méchant de ta part. Tu sais, il devait m’écrire une lettre de recommandation pour une bourse d’études. Il va dire quoi, maintenant ? « Cody est un gentil garçon, très doué en sciences, en maths et en rédaction, mais comme tout le monde, il a ses défauts, par exemple, il harcèle les gens » ? 
Ma dernière lettre,
VRAIMENT !
Cody »


« Chère Laura,

J’adore votre édito dans la rubrique *Art de vivre*, et je suis votre blog depuis ses débuts. Voici ma situation : ayant compris que ma vie sexuelle était une source inexploitée de bonheur, j’ai proposé à mon mari d’imaginer des scénarios. Il a rempli des pots de confiture avec des « rôles » sexy et des « situations » torrides. J’étais excitée à l’idée de me lancer là-dedans, jusqu’à ce que je tire du pot « Sauveteur/baleine échouée » et « Enseignant/sac de cacahuètes ».
– Tu ne prends pas ça au sérieux ! j’ai hurlé en lui balançant une poignée de papiers.
– Depuis quand c’est sérieux, le sexe ? qu’il m’a répondu.
– Là, je suis vraiment perdue, Laura. Comment je fais l’amour à un sac de cacahuètes ?

Baleine échouée à Trenton »

Net Galley

Publicités