Depuis que j’ai des petits enfants (quatre bientôt…) j’ai retrouvé un plaisir tout neuf à me plonger dans la littérature jeunesse, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a un choix de dingue : des maisons d’éditions de tous les côtés et des livres qui fourmillent d’intelligence et de d’inventivité. J’en achète plein, plein, plein et mélange les genres et les âges. J’aime bien l’idée de me constituer à la maison une petite bibliothèque hétéroclite et que les petits bouts puissent retrouver les mêmes livres à chacun de leurs passages. Petit pêle-mêle :

De maman en maman – Emilie Vast
Editions MeMo, 2016, 14 pages

DeMamanEnMaman

« Il y a très, très, très, très longtemps, la maman de la maman de la maman de la maman de la maman de la maman donna naissance à la maman de la maman de la maman de la maman de la maman. » ainsi commence ce livre gigogne, qui s’effeuille de génération en génération jusqu’à la naissance du petit lecteur. Illustré de très jolies poupées russes, qui deviennent elles aussi de plus en plus petites – et changent de couleur, ce livre cartonné est très adapté aux mains des plus petits et les répétitions leur apportent un sentiment de sécurité : carton plein. Un livre qui plaira jusqu’à trois-quatre ans et qui permet une exploration de la transmission. Un joli cadeau de naissance pour une nouvelle maman, par exemple. Il existe également son pendant « De papa en papa » (j’ai acheté les deux, d’ailleurs, c’est irrésistible).

Les mains de papa – Emile Jadoul
Ecole des loisirs, collection Pastel, 2012, 2016, 28 pages

Jadoul

Pages cartonnées toujours pour ce hit idéal à offrir à un tout nouveau papa : la vie du bébé y est montrée rythmée par les mains de papa qui se présentent toujours en offrande; prêtes à accompagner bébé depuis la grossesse jusqu’au très grand changement de la marche, elles sont pleines de douceur et accompagnées par les onomatopées qui vont bien (« hop hop », « youuuuuuu » etc.). Un album super sympa qui plaira longtemps.

Les animaux du monde – Sejung Kim (illustrations)
Editions Auzou, 2016, 6 pages
AnimauxduMonde

6 pages pour ce livre tissu qui s’offre dès la naissance. Quelques animaux du monde (donc) y sont présentés situés dans leur continent, le livre lui-même est d’une douceur impeccable et doté d’une poignée, de manière à pouvoir être saisi facilement (ou promené par des mains plus agiles). L’achat en est de plus une bonne action, en soutien à l’UNICEF.

La journée de Robin le pingouin – Sigrid Martinez (illustrations)
Editions Auzou, 2016, 6 pages

Pingouin

Un livre de bain est un indispensable dans la vie de tout bébé qui se respecte, celui-ci, outre son mini-format qui lui permettra d’être saisi facilement dès les premiers mois, est vendu avec une figurine de pingouin toute mimi.

___
Un amour de petite soeur – Astrid Dessoudes & Pauline Martin
Albin Michel Jeunesse, 2016, 32 pages

9782226324658-j

Si autour de vous un petit bonhomme est appelé à avoir une petite soeur dans les mois qui viennent, il vous faut absolument ce livre. « Un jour, mes parents m’ont dit que j’allais avoir une petite soeur » ==> à partir de là, chaque double page montre (dès le ventre de maman qui grossit) des situations quotidiennes dans lesquelles être un grand frère se révèle fourmiller d’avantages (y compris les chouettes moments où elle n’est PAS là ! ;o)). Et j’adore la conclusion : «  Car ce que je préfère avec ma petite soeur, c’est être son grand frère ». (Attention, pages en papier)

Les orteils n’ont pas de nom – Jean Leroy et Mathieu Maudet
Ecole des loisirs, collection Loulou & cie, 22 pages

orteils

Je suis fan du travail de Mathieu Maudet depuis le génial : « J’y vais » (qui me fait rire à a chaque lecture – enfin, presque. Disons qu’à la 896°, j’ai beau être bonne pâte, je fatigue un tantinet quand même) (Ecole des loisirs, 2011, collection Loulou & cie,26 pages. Petit oiseau est décidé : il y va ! Décidé, certes, mais pas fier, quand même. Il a besoin de tous les encouragements de ses proches, qui lui offrent tous un petit quelque chose pour l’aider. Aussi, au fil des pages cartonnées, se voit-il doté par exemple d’un parapluie ou encore d’une lampe torche. Et pour aller où, au fait ? Epilogue très marrant :)). J’ai choisi « Les orteils n’ont pas de nom » pour un petit bonhomme de quatre ans, ne doutant pas que l’incroyable densité de ce qui est proposé en si peu de pages l’occupera un bon moment. D’abord, c’est drôle, comme toujours avec Mathieu Maudet. Ensuite, en tournant les pages cartonnées on peut aborder les couleurs, les lettres, les chiffres, les notes de musique et les fruits. Ou pas ! On peut aussi juste s’amuser à le lire avec un grand plaisir.

Les bébés animaux magnétiques – Janik Coat (illustrations) & Marie Fordacq (textes)
Editions Tourbillon, 2015, 11 pages

magnets

Très grand format pour cette sorte d’imagier qui présente la particularité de contenir une pochette avec 45 magnets ( animaux et plantes). Peut-être qu’à partir de 36 mois (âge indiqué) le petit bout s’amusera réellement à les placer à leur juste endroit dans les pages, en dessous les magnets se retrouveront surtout dans à peu près tous les endroits où ils peuvent coller, et je trouve que ça fait partie du plaisir. Je recommande !

Le petit livre qui dit NON ! – Swann Meralli et Carole Crouzet
Editions P’tit Glénat, 2015, 32 pages

501 LE PETIT LIVRE QUI DIT NON[BD].indd

Ah cette période du non… un grand moment pour les parents (et les autres…). La petite chipie de ce livre (pages en papier) dit non à tout, très fort, très colère, tout en obtempérant (à contre temps évidemment, question d’honneur), jusqu’au moment où elle a envie qu’on lui lise une histoire… Les illustrations sont super chouettes et l’histoire mignonne comme tout.


Livre clap – Madalena Matoso
Editions Notari, 2015, 30 pages

notari_livre-clap_couverture

Des situations « sonores » en doubles pages : le BOUM BOUM d’un tambour, le TOC TOC à la porte, etc. et à chaque fois deux points rouges de chaque côté des pages pour refermer bruyamment le livre en faisant le bruit indiqué : le principe est sympa mais j’ai regretté qu’il n’y ait pas un vrai dispositif sonore. le format est un tout petit peu trop grand pour des mains de 10 mois et beaucoup trop fragile !
J’avais acheté cet album trop tôt pour l’âge de mon petit-fils, et au départ j’étais déçue. J’avais naïvement cru que les pages produisaient un son lorsqu’on les claquait l’une contre l’autre, et le fait qu’elles soient en papier sur un grand format comme ça me faisait craindre de les voir très rapidement abîmées. Et en fait, pas du tout. Le petit bonhomme a très vite (à partir de 18 mois) accroché aux onomatopées et aux situations, et le fait de les voir numérotées rythme pas mal la lecture également. Sa page préférée est celle où un monsieur fait du sport, il faut le voir mimer le truc allongé sur le sol bras et jambes levées en faisant « FFFFfff », irrésistible:)

Un enfant parfait – Michaël Escoffier (histoire) et Matthieu Maudet (illustrations)
Ecole des loisirs, 2016, 36 pages

Parfait

Bienvenue dans un monde où on achète les enfants au supermarché ! Tant qu’à faire, prenons le parfait, tiens. Au départ, on s’extasie sur la perfection de tout ce qu’il est et fait. Mais à enfant parfait, il vaudrait mieux associer des parents parfaits, sinon… Une histoire marrante et intéressante pour ce livre qui s’adresse plutôt à un public sachant bien manipuler (pages en papier et pas mal de texte). En réalité, c’est un livre pour les parents, d’ailleurs 😉

Ma photo – Dorothée de Monfreid
Ecole des loisirs, collection Loulou & cie, 2016, 26 pages

ob_0c9149_image

C’est l’histoire de Jane, Pedro, Omar, Zaza, Popov, kaki, Micha, Nono et Alex qui sont tous… des petits chiens. Jane a un tout nouvel appareil photo, et les copains sont enthousiastes : oui, oui, une photo de tout le monde ! Mais c’est plus facile à dire qu’à faire… J’adore cet album aux belles pages bleues et cartonnées où, outre l’histoire racontée, il y a mille détails à observer. Drôle et super sympa !

La journée de Nip & Nimp – Lionel Serre
Editions Les Fourmis rouges, 2016, 48 pages

nip

« Nip & Nimp sont voisins et se ressemblent beaucoup. Du lever au coucher du soleil, il font presque tout pareil. Sauf que Nip fait tout bien et Nimp n’importe quoi. » ==> on est prévenus dès la 4° de couv qui ajoute : « Mais tu les aimeras de la même façon » et c’est absolument vrai. Les pages papier s’adressent à un public de plus de trois ans mais les plus jeunes seront forcément sensibles à la douce poésie de l’absurde qui rythme cet album réjouissant. Quand Nip prend son petit-déjeuner, Nimp prend sa douche. A table. Dans la figure. SI Nip aime les frites, Nimp aime les chats. Avec fourchette et ketchup. Etc. Un indispensable !


La promenade – Eve Herrmann et Roberta Rocchi (illustrations)
Editions Nathan, 2015, 32 pages

mes-petites-histoires-montessori-gouter-promenade-eve-herrmann-roberta-rocchi-1

Aimant beaucoup les histoires de Balthazar dans la pédagogie Montessori, j’ai tenté ce volume de la collection « Mes petites histoires » (des histoires simples et poétiques inspirées de la vie réelle) et je n’accroche pas trop. Evidemment, c’est didactique et étudié pour intéresser les petits, mais j’ai trouvé l’histoire ultra basique et classique et les illustrations fades. ça ne correspond pas à mes goûts mais ça ne veut pas dire que mes petits-enfants n’aimeront pas (et puis de toute façon mon credo est de leur proposer plein de choses différentes, donc l’album a intégré la bibliothèque familiale).


Une souris verte – Denis Cauquetoux
Editions Milan, 2009, 12 pages

une-souris-verte-2

« La première collection à lire du bout des doigts » pour ces contes et comptines à toucher, qui rencontrent l’adhésion immédiate des petits bouts. J’ai offert « Si le loup y était » à Arthur vers 18 mois et il ne l’a pas lâché pendant des jours – aussi ai-je testé un autre volume de la collection, et cette fois c’est son cousin de quatre ans qui l’a promené partout. La souris verte est à chantonner tout en promenant celle qui pend au bout d’une ficelle de page en page, tout en caressant les différentes matières présentes sur les illustrations, sans oublier les languettes à tirer ou pousser : bref, occupation pleine et ludique pendant la lecture, totale efficacité.


Je joue – Amélie Graux (illustrations)
Editions Milan, 2012, 12 pages

jejoue

Un petit imagier avec les objets qui entourent bébé au quotidien et avec lesquels il peut jouer (parc, peluche, poupée etc.) et un dispositif qui permet une interaction avec chacun d’entre eux sur les pages cartonnées et épaisses (par exemple, un petit filet pour illustrer le parc, aux mailles très serrées) : manipulable facilement et amusant !


Au zoo – Isabelle Assémat (illustrations) Françoise de Guibert (textes)
2010, 37 pages

zoo

Destinées aux 3-6 ans, ces petites encyclopédies sont ultra bien fichues et se lisent presque comme une histoire; ainsi, lorsqu’on parle des lions par exemple, on explique qu’il s’agit de félins (comme les chats), que le mâle a une belle crinière qui pousse vers l’âge de 2 ans ainsi qu’un pelage fauve, que la lionne est plus petite et ne possède pas de crinière, qu’un lion ça rugit très fort pour montrer son pouvoir, que ses crocs sont redoutables et qu’en tant que carnivore il mange plus de dix kilos de viande chaque jour, et qu’enfin dans la savane ce sont les lionnes qui chassent, le lion passant beaucoup de temps à se reposer (et le lion nous adresse ici un clin d’oeil ;o)) Les illustrations sont joyeuses et colorées, je recommande.

Je veux des pâtes – Stephanie Blake
Ecole des loisirs, collection Lutin Poche, 2009, 27 pages

pâtes

Il était une fois un petit lapin qui ne voulait manger qu’une seule chose… Des pâtes ! A tous les repas, à tout ce qu’on lui propose, il scande sa réclamation. Mais papa et maman ont plus d’un tour dans leur sac… Chute hilarante (comme souvent avec Stephanie Blake), dessin coquin, histoire qui correspond à la réalité de nos petits bouts de chou, bref, carton plein pour ce tout petit album réédité au format poche (pages plastifiées).


Arthur fait des trouvailles – Anna-Clara et Thomas Tidholm
Albin Michel Jeunesse, 1997, 28 pages

Thidholm

J’ai acheté ce petit livre en raison du prénom de son héros, mais ça a drôlement vieilli, disons que ça doit sans doute correspondre à l’air du temps de la fin des années 90 en ce qui concerne les livres jeunesses : le dessin est très petit et centré en milieu de pages, qui sont d’ailleurs en papier alors que l’histoire me semble être destinée aux deux ans. Néanmoins, un petit garçon qui part chaque matin à la chasse aux trésors et emmagasine des tonnes de bouts de ficelle et autres morceaux de bois, ça reste intemporel. (C’est une série à l’origine, si j’en trouve d’autres je les prendrai.)


Ma maison animée – Rebecca Finn (illustrations)
Nathan Jeunesse, 2015, 8 pages

mma

8 grosses pages cartonnées où les animations se tournent, se tirent ou se poussent, avec des petits personnages dissimulées dans les dessins annexes et qui invitent à un action plus cérébrale. C’est un livre qui plaît beaucoup aux petits qui semblent apprécier de le manipuler longuement.


Sur une branche – Christophe Boncens
Editions Langue au chat, 2016, 10 pages

sub

« Sur une branche« , un oiseau. Que fait-il ? Avec une économie de dessins (qui permet à l’enfant de bien appréhender ce qui se passe), ce petit album raconte le cycle de la vie. Doté de nombreuses animations (à tirer, à soulever, à pousser), l’enfant ne se lasse pas des couleurs franches et pimpantes qui lui donnent immanquablement envie de reprendre le livre. le format moyen et la solidité des pages cartonnées permet en outre de nombreuses manipulations, adopté et validé par un petit bonhomme de seize mois.
Reçu dans le cadre de l’opération Masse Critique Jeunesse de Babelio.
(Ca, c’était en mars dernier, depuis il y a eu casse : pas si solides, les petites animations…)


Il y a des jours… – Géraldine Elschner, Claire Teyras et Mies van Hout
Minedition, 2016, 18 pages cartonnées

Jours

Ce livre-ci, je l’adore ! Il est vraiment superbe avec des couleurs géniales, un dessin particulier que je trouve ultra sympathique, et une grande finesse dans le contraste mots/dessins. Une vraie entrée dans l’univers des jeux de mots et la base d’une réflexion sur le sens, c’est magnifique et spirituel.


Ca va pas la tête – Elisa Géhin et Bernard Duisit
Hélium, Actes Sud, 2014, 14 pages

cvplt

Ce livre est un pop-up, c’est-à-dire qu’il est destiné à être manipulé (on tire, on pousse ou on tourne) pour produire une image différente. La nouveauté c’est qu’il est entièrement en papier ! Bernard Duisit en signe l’ingénierie papier et Elisa Géhin le texte et les illustrations, et c’est coquin en diable, en plus d’être vraiment solide. Marrant comme tout.


Clic – Claudine Morel
Didier Jeunesse, 2016, 32 pages

clic

Joli format pour cet album qui raconte une séance photo pas du tout comme les autres. Sur chaque double page un rabat à soulever présente des situations amusantes et surprenantes (beaucoup d’inventivité) (surtout dans les illustrations d’ailleurs) (qui sont très chics en plus), un livre qu’on a envie de lire et relire. pas avant 4 ans au moins, mais jusqu’à 7-8 ans sans problème, tant l’ensemble est riche et intéressant.


Mon imagier du corps – Kididoc
Nathan jeunesse, 10 pages

imagier

Destiné aux 1-3 ans, cet imagier dont chaque double page présente une double situation selon que l’on actionne une petite roulette encastrée dans les pages (épaisses et cartonnées, aucun risque d’une quelconque détérioration) ne lasse pas le petit roi de la maisonnée, au contraire, chacune de ses évolutions marque une compréhension supplémentaire. Il a d’abord regardé, puis actionné, avant de mimer et de reproduire « en vrai » les situations. Définitivement validé !


Anna joue à la barbichette – Laurence Gillot et Monique Gorde
Père Castor Flammarion, 1997, 16 pages plastifiées

Anna

Je ne sais pas si la série des Anna existe encore, ce livre est un rescapé et m’intéressait en raison du jeu de la barbichette : ça reste un classique, ça permet des variations à l’infini et demeure un très efficace moyen d’éclaircir les humeurs sombres. Ici Anna va se laisser emporter (classique, ça aussi) et papa va gronder – j’aime bien qu’un livre montre que dans la vie, parfois, les parents ne sont pas drôles. Comme tout le monde, quoi 😉

Caresse le chat – Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier
Hatier Jeunesse, 2014, 10 pages

balthazar

« Bébé Balthazar est une collection de premiers livres issus de la pédagogie de Maria Montessori. Dès son plus jeune âge, vous pouvez lire ce livre à votre bébé. Le tout-petit va entendre la poésie des mots, observer votre bouche qui raconte puis, captivé, il va toucher les images, les mots écrits, et progressivement voudra tenir et sentir le poids du livre, apprendre à tourner les pages… A partir de 6 mois, les pages tactiles lui procureront de grands moments; vers 18 mois, le quotidien de Balthazar aura une résonance avec sa vie; de 2 à 5 ans, il sera intéressé par le déroulement de l’histoire. » ==> Tout est dit. Je ne sais plus par quel volume de la collection j’étais entrée dans l’univers de bébé Balthazar, mais peu importe parce que je les ai tous offerts pour Noël au petit roi de la maison. Je les trouve absolument parfaits, à tous points de vue, et suis toujours surprise lorsque j’en offre de constater que beaucoup de nouvelles mamans (et par là j’entends, des « jeunes » ) ne connaissent pas du tout. A offrir à tour de bras !


Grosse colère – Mireille d’Allancé
Ecole des loisirs, collection Petite Bibliothèque, 2000, 24 pages plastifiées

gc

Le format tout mini de ce livre permet de le glisser dans le sac lorsqu’on part se déplace, et c’est toujours pratique de l’avoir à portée de main : c’est bien réconfortant pour un petit bout de chou de lire l’histoire d’une grosse colère, de savoir qu’on n’est pas tout seul à parfois se sentir dépassé par ses frustrations au point d’être incapable de se maîtriser – et que ce n’est pas grave ! Il n’est jamais trop tard pour un peu de dessert demandé en souriant 😉


Salomé la pressée – Odile Bailloeul/Claire Curt
La Joie de lire, 2016, 14 pages cartonnées

salome

« Je m’appelle Salomé et je suis une petite souris très agitée… » Quelques phrase seulement croquent les situations dans lesquelles s’éparpille Salomé; elle est toujours pressée, impatiente, agitée, SAUF, sauf… Il y a UNE situation dans laquelle Salomé prend touuuuut son temps 😉 Un petit livre adorable qui est en fait constitué de photos (et non pas de dessins) dans lesquelles évoluent des poupées de chiffon. Très original !


La maison à déplier – Lucie Brunellière
Albin Michel Jeunesse, 2013, 8 pages cartonnées et doublées chacune d’un rabat

9782226250988-j

« De petits objets à chercher, des détails à observer dans ce livre malin qui se déplie à 360° et se transforme en charmante maison 3D. A toi de jouer et d’imaginer mille et une histoires ! » ==> Voici un parfait livre de sac, format mini pour pouvoir l’emporter partout et occuper bout de chou en situation d’attente. Destiné aux 2-5 ans, il est suffisamment solide pour supporter des manipulations dans tous les sens et présente en même temps les détails rassurants du quotidien. J’aime beaucoup !


Le livre des bruits – Soledad Bravi
Ecole des loisirs, collection Loulou & cie, 2004, 118 pages

SB

C’est simple, on n’a jamais fait mieux, depuis 2004. Ce livre des bruits est à posséder im-pé-ra-ti-ve-ent et pi-c’est-tout. Format, poids, couleurs, dessins, texte, tout est bon, tout fera mouche. Parce que si l’âne fait hi-han et le chien ouah-ouah, la prise électrique, elle, fait : NON ! et l’escargot ne fait rien, mais, il bouge élégamment ses antennes et le lapin fait tntntnstn et… bien difficile de s’arrêter, à tout âge 🙂

Publicités