« Ben moi, je vais me faire percer le nombril. Vous connaissez un bon endroit ?
– Oui, comment c’est déjà… Ah oui : 1997.« 

Wertz couv

L’attente infinie Julia Wertz
Editions l’Agrume, 2015, 233 pages
Traduit de l’américain par Aude Pasquier (The Inifinite Wait and Other Stories)

En trois parties distinctes, Julia Wertz raconte, dans ce roman graphique, sa vie-son oeuvre. Née en 1982, elle a toujours montré une personnalité marquée (et assez anti-conformiste), a subi divers aléas dont notamment un diagnostic de lupus à la vingtaine (mais pas que…). Résolument empli d’auto-dérision (et souvent très drôle), son récit est étrangement addictif et très new-yorkais (elle vit à Brooklyn, après être née dans la région de San Francisco). Son dessin en noir et blanc est très agréable, dépouillé et plein de courbes (le mot qui me vient pour le caractérisé est : arrondi, mais je ne sais pas si c’est bien parlant). J’ai eu peur en lisant sa préface car elle est très maladroite; heureusement, le reste n’a rien à voir – elle a un très bon sens des dialogues – et je recommande cette BD !

wertz

Publicités