« Ce qui signifie ?
– On a les problèmes qu’on se crée.« 

ironmonger

Le génie des coïncidences John Ironmonger
10-18 2016 (Stock 2014), 372 pages
Traduit de l’anglais par Christine Barbaste (The Coïncidence Authority 2013)

Comment devient-on coïncidologue ? Thomas, en tout cas, l’est devenu très simplement en s’intéressant au sujet. Officiellement maître de conférence en philosophie appliquée, son expertise est reconnue dans le domaine des coïncidences. C’est la raison pour laquelle sa collègue Azaléa vient à sa rencontre, elle dont la vie entière est une succession de faits troublants et récurrents… « Le génie des coïncidences » est un roman très sympathique qui se lit d’une traite, tant la plume de John Ironmonger s’y entend pour charmer son lecteur. Parsemé d’anecdotes délicieuses (le suspect des mots croisés pendant la 2° guerre mondiale par exemple), il déroule un scénario de comédie romantique tout en dressant un portrait saisissant du tristement célèbre Joseph Kony – et c’est là tout le paradoxe de cette fiction : le ton est clairement ludique, le traitement ressemble presque à un conte pour enfants dans la narration omnisciente (et c’est très réussi !), pourtant le fond est sérieux et la partie qui se déroule en Afrique a de quoi glacer. Mêlant aventure et réflexion sur le destin, les pages nous entraînent et on se laisse faire bien volontiers.

C’est Cathulu qui m’a donné envie.

Publicités