Bilbao

Pères, fils, primates.Jon Bilbao
Mirobole éditions, 2016, 217 pages
Traduit de l’espagnol par Marc Fernandez (2011 Padres, hijos y primates)

Nous sommes au Mexique et un ouragan est annoncé, les aéroports sont débordés, les touristes sont déplacés vers l’intérieur des terres. Parmi eux, Joanes, venu assister au mariage du père de sa femme… il n’est pas utile d’en savoir plus avant d’aborder ce curieux roman qui se lit d’une traite : en trois parties bien distinctes il nous montre un homme en apparence banal qui couvait en lui un réel problème. Avec minutie (et un grand art du suspens) Jon Bilbao nous fait évoluer dans un univers qui s’opacifie de page en page et nous fait croire à tout, avec une qualité d’atmosphère bluffante. Etrangeté, malaise, appréhension s’unissent et culminent dans un épilogue inattendu, c’est très bon !

Publicités