Betting

Bons baisers de MesménieFabienne Betting
Editions Autrement, 2016, 394 pages

Voici l’histoire d’un jeune Thomas de 25 ans pas bien motivé dans la vie. Il a pourtant passé un bac littéraire, suivi des cours à la Sorbonne, où il est tombé très amoureux (mais gravement) de sa prof de mesmène (une langue balte), qui l’a éconduit. Il ne s’en est jamais tout à fait remis, et bosse chez Macdo, sommé par sa copine (rencontrée chez le psy qui l’a aidé à remonter la pente) de trouver autre chose. Autre chose, ce sera cette petite annonce dans « 20 minutes » :
« Recherche traducteur pour le mesmène vers le français. Rémunération très bien. »
Thomas se lance, c’est un signe du destin, la Mesménie c’est pour lui, tant pis s’il ne maîtrise que sommairement cette langue (ce dialecte, plus exactement) et s’il n’a jamais mis les pieds en Mesménie. Il a trois semaines pour traduire 176 pages manuscrites et abondamment raturées. Il s’y met avec la meilleure volonté du monde. Butte sur tout, ou presque. Arrange à sa sauce. Ne voit plus le jour et s’emmêle bien comme il faut les crayons, mais il le fait. 3 semaines plus tard, traduction rendue.
A partir de là, sa vie va changer du tout au tout. Accrochez les ceintures, ça décoiffe…
Un roman frais et alerte qui parle d’un sujet parmi ceux qui m’intéressent le plus au monde : la traduction. Parce qu’évidemment Thomas n’a rien compris au manuscrit mesmène, et que le succès qui va en résulter, concomitant à la mise en avant de la Mesménie dans l’actualité, repose sur une double méprise. L’ensemble est prenant, rythmé, on voyage et tout est crédible, des interrogations existentielles aux histoires d’amour et d’amitié : un vrai bon moment de lecture.

« La version originale, ça donne : Maria venait tout juste de fermer leur petite échoppe pour la nuit quand elle sentit un bras vigoureux enserrer sa taille de guêpe, semant dans son dos une myriade de délicieux frissons. Sans se retourner, elle posa sa main sur la nuque de Chlobak. Avec une lenteur hypnotique, il l’obligea à lui faire face. Leurs lèvres s’effleurèrent puis Chlobak posa sa bouche brûlante sur les doigts de Maria, baisant l’anneau nuptial de sa main gauche, cet anneau que sa mère lui avait donné quand il avait quitté l’Ukraine, cet anneau par lequel ils avaient uni leur destin à jamais.
Ta version à toi : Maria ferma la boutique de sabots quand elle sentit un gros bras autour de sa guêpière, réveillant ses douleurs dorsales. Elle leva un bras pour attraper Chlobak par la peau du cou. Il l’obligea à se retourner pour lui brûler les doigts avec le mystérieux objet que sa mère lui avait remis quand il avait quitté l’Ukraine, ce mystérieux objet en fusion capable de changer les destins à jamais.
Franchement, tu es bizarre. »

En décembre 2011, je lisais mon tout premier livre électronique autopublié et le hasard seul avait guidé mon choix. Le roman s’appelait alors « Version originale » et j’avais échangé quelques mails avec son autrice en l’encourageant à persévérer, tant il m’avait plu.
La semaine dernière, j’ai reçu ce gentil mail :

« Je ne sais pas si vous vous souviendrez de moi mais j’avais publié en auto édition mon livre « Version originale !« , il y a environ 5 ans. Vous m’aviez laissé une critique très sympathique qui m’avait réellement encouragée et prouvé que mon texte pouvait intéresser d’autres personnes que celles de mon entourage. Depuis, avec beaucoup de chance et d’aide de mes proches qui sont plus courageux que moi, j’ai été mise en contact avec un agent qui m’a trouvé un super éditeur.
Mon livre va donc finalement paraître la semaine prochaine, aux éditions Autrement, sous le titre « Bons baisers de Mesménie« .
Pour vous remercier de vos encouragements de la première heure, j’aimerais, si vous êtes d’accord bien sûr, vous en faire parvenir un exemplaire dédicacé. »

Outre la gentillesse de la démarche, j’ai été sensible à la belle histoire que constitue cette parution aux éditions Autrement d’un roman qui le mérite vraiment. Retravaillé, il a gagné en cohérence et ma relecture a été de nouveau ponctuée de gloussements : l’humour en est irrésistible, à mon goût, et je le recommande ! Tout comme Girl kissed by fire ou Cathulu, qui réclamait déjà une édition papier en 2011 🙂

(Archives)

Commentaires
Et il y a une chance pour que cette petite merveille soit édité sur papier ?
Écrit par : cathulu | 14.12.2011

Aucune idée !
Écrit par : Cuné | 14.12.2011

Je viens de tomber sur cette critique de mon livre et je voulais en remercier l’auteur ! Je me suis beaucoup amusée à écrire cette histoire et je suis ravie de voir qu’elle a amusé d’autres personnes.
La version papier n’est pas prévue pour le moment car je ne l’ai envoyée à aucun éditeur.
Écrit par : Fabienne Betting | 13.01.2012

C’est dommage, car oui, il est vraiment amusant, votre roman 🙂
Écrit par : Cuné | 14.01.2012

Publicités