Logo Grand Prix Lectrices ELLE

Les derniers envois sont arrivés dans ma boite aux lettres et j’en ai terminé avec la catégorie roman, avec « Petit piment » d’Alain Mabanckou qui n’a pas su me séduire :

Petit Piment a longtemps été appelé Moïse, en raison de la traduction littérale du nom donné par un prêtre : « Rendons grâce à Dieu, le Moïse noir est né sur la terre des ancêtres » (soit Tokumisa Nzambe po Mose yamoyindo abotami namboka ya Bakoko, en lingala) et nous raconte ici sa vie, en trois parties : d’abord à l’orphelinat, puis dans la rue, puis seul et fou. Très difficile d’être orphelin partout au monde, mais peut-être plus encore au Congo, balloté dans le chaos politique. La plume d’Alain Mabanckou le fait vivre à un rythme très particulier, s’attardant longuement sur des instants qui m’ont semblé peu marquants puis sautant de longues années d’un coup. Sa gouaille seule sauve le roman, à mon sens, mais n’est pas suffisante pour que ce conte initiatique tire son épingle du jeu : je me suis ennuyée.

J’ai donc lu dix romans au total et je ne saurai pas avant le 1er juin lequel est le grand gagnant.

Pour ma part, « Popcorn Melody » se détache nettement. Voici mes notes personnelles :

« Academy Street » de Mary Costello                                    Note : 17
« Ca aussi ça passera » de Milena Busquets                         Note : 11
« Les intéressants » de Meg Wolitzer                                    Note : 12
« Je vous écris dans le noir » de Jean-Luc Seigle                 Note : 11
« Echapper » de Lionel Duroy                                                 Note : 08
« Someone» d’Alice McDermott                                             Note : 17
«Les gens dans l’enveloppe» d’Isabelle Monnin                 Note : 10
« Une vie entière » de Robert Seethaler                               Note : 13
« Popcorn Melody » d’Emilie de Turckheim                        Note : 19
« Petit Piment » d’Alain Mabanckou                                     Note : 09

 

Publicités