« Pas toi, peut-être ?
– Non, juste plus vieux. »

Harvey

Cold in Hand John Harvey
Rivages / Noir, 2010, 446 pages
Traduit de l’anglais par Gérard de Chergé

Pour la onzième enquête de Charlie Resnick, écrite plusieurs années après la fin de la série, John Harvey ne le laisse pas diriger les évènements – et pour cause. Constitué de deux parties bien distinctes, ce roman nous montre un Charlie aux abords de la retraite (en tout cas il a effectué le nombre d’années lui en ouvrant le droit) qui ne sait tout simplement pas quoi faire de sa peau (on comprend bien pourquoi). La police a changé – son organisation même, et sa mentalité – pas Charlie. On est aux prises avec plusieurs types d’enquêtes, très différentes, qui démontrent, accolées les unes aux autres, la complexité de la société anglaise contemporaine qui doit composer avec les délits « vieux comme le monde » dans un tourbillon d’émigration et de corruption. C’est l’occasion d’introduire de nouveaux personnages, qui amènent à revoir les anciens, le tout dans une atmosphère d’une tristesse tragique qui nous égratigne. Pauvre, pauvre Charlie.

Publicités