Harvey

Off MinorJohn Harvey
Rivages/Noir, 1997, 389 pages
Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias (Off Minor 1992)

« Divine attendit près du canal. Penché sur le parapet, il observa un vieillard et un jeune garçon qui gardaient leurs yeux rivés sur leurs cannes à pêche et leurs lignes plongées dans l’eau stagnante et lisse. Vingt minutes plus tard, rien n’avait bougé : ni l’homme, ni l’enfant, ni les lignes. Si c’est tout ce que la vie peut nous offrir, pensa Divine, j’aime autant me foutre en l’air tout de suite. »

Une petite fille qui disparaît, son cadavre retrouvé quelques mois plus tard, un échec pour l’équipe de Resnick et une motivation accrue lorsqu’une seconde petite fille manque à son tour à l’appel. Composer avec la douleur des parents et les fausses pistes, ne jamais renoncer à l’espoir quand toute son expérience tente d’imposer le contraire, et essayer de se comporter objectivement face aux suspects : pas facile.
Quatrième tome de la série Resnick, sur le thème de la pédophilie, mais pas seulement. Comme dans chaque épisode, le contexte social et humain prend largement le pas sur l’enquête proprement dite et l’épilogue voit intervenir un évènement affreux auquel on n’était pas préparé, d’autant plus qu’il ne concerne pas l’enquête. Il explique en revanche l’intérêt porté à un protagoniste tout au long des pages, et c’est une habile construction, qu’on admire a posteriori même si on est vraiment triste.

Resnick ne s’intéresse pas qu’aux sandwiches : « Lorraine examina l’omelette d’un regard soupçonneux, la poussa mollement du bout de sa fourchette. Après quelques bouchées, son appétit revint.
– Qu’avez-vous mis dedans ? demanda-t-elle, surprise.
– Oh, pas grand chose. De la tomate, de l’oignon, un petit navet que j’ai râpé. De l’ail. C’est votre dernière tranche de bacon, je le crains, que j’ai coupé en lamelles.Oh, j’ai fini votre crème, aussi.
– Mais qu’est-ce qu’il y a, sur le dessus ?
– Du parmesan. J’en ai saupoudré un peu après avoir ajouté la crème. Si vous passez votre omelette sous le grill pendant les deux dernières minutes, ça lui donne comme une sorte de croûte. »

Publicités