gregory

Nous allons tous très bien, merciDaryl Gregory

Le Belial, 2015, 181 pages

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laurent Philibert-Caillat (we Are All Completely Fine 2014)

Sous l’égide d’une psy se réunit chaque semaine un groupe : une thérapie classique pour des pathologies bien particulières. Chacun des membres est un survivant, chacune des histoires semble être issue d’un recueil halluciné des pires scénarios d’Horreur (le genre). Pourtant, la psy les croit tous et se donne entièrement pour que la thérapie aboutisse… « Nous allons tous très bien, merci » est un roman dense et ramassé qui se présente fièrement comme de l' »anti-horreur ». Rétif au développement, il réussit à contenir ses univers disparates et à permettre au lecteur d’en ressentir les effluves : une pincée de références et une grosse louche d’effets très reconnaissables et on y est, on y croit nous aussi. Pour tous ceux qui savent très bien que dans l’obscurité grouille quelque chose toujours à la recherche d’un passage…

Publicités