McEwan

L’intérêt de l’enfantIan McEwan

Gallimard, Du Monde Entier, 2015, 240 pages

The Children Act, traduit de l’anglais par France Camus-Pichon

Quelques mois dans la vie d’une magistrate aux affaires familiales, à l’orée de la soixantaine. Une juge appliquée, studieuse, investie, qui aime rédiger des énoncés élégants après avoir longuement envisagé tous les aspects des affaires dont elle a la charge. Une juge mariée, sans enfants, pas très marrante mais respectable, raffinée. Au moment où son mari lui demande franco l’autorisation d’aller voir un peu ailleurs, elle doit statuer en urgence sur le refus de la transfusion – seule possibilité de lui sauver la vie – d’un adolescent témoin de Jéhovah. Elle considère ce cas avec sa méticulosité habituelle. Et puis…

Une histoire puissante d’une précision chirurgicale, dans laquelle on s’immerge en entier : sons, sensations, la pluie, les ambiances, tout est rendu avec une force assez sidérante. Certains scènes, a priori anodines, sont tout simplement stupéfiantes (le moment de la tasse de café matinale, par exemple). On se croirait dans un film de James Ivory (dans ce qu’ils ont de meilleur), alors que dans le même temps c’est un panorama très ancré dans la société tout à fait contemporaine qui est proposé.

Profond et austère.

*Poème de Yeats, « Down by the Salley Gardens« , mis en musique par Benjamin Britten

 

Publicités