JS

Avec Philip RothJosyane Savigneau

Gallimard, 2014, 218 pages

A ce jour de Philip Roth j’ai lu (ou parcouru seulement, parfois aussi) : Portnoy et son complexeLa tache, Le Rabaissement, Tromperie, Némésis, La bête qui meurt, Un Homme, Le complot contre l’Amérique, Patrimoine, La Contrevie, Pastorale américaine, Ma vie d’homme, Opération Shylock une confession, L’écrivain fantôme, Zuckerman délivré, Quand elle était gentille, Parlons travail, La leçon d’anatomie, Laisser courir 1, L’orgie de Prague et Exit le fantôme, soit 21 romans sur l’immensité de l’oeuvre qu’il a écrite. Je n’ai pas tout aimé, mais j’ai expérimenté parfois le vertige infini qui nous saisit dans on se sent écrasé par la virtuosité, l’intelligence et le talent d’une plume. Ce qu’a écrit Philip Roth est fascinant, et j’étais très curieuse de lire l’exercice d’admiration de Josyane Savigneau; j’y ai bien retrouvé la fascination ! C’est un texte très agréable à lire parce qu’il est fait dans la simplicité – pas de listes bibliographiques ni de crédits référencés (pas même les traducteurs, pour les extraits de romans cités – exception faite de Lazare Bitoun, qui a les faveurs de JS) – et qu’il tente résolument de ne considérer que la littérature. Je ne connaissais absolument rien de la « vraie » vie de Philip Roth, j’ai toujours lu ses romans en tant que tels, pensant naïvement peut-être (sans doute) que ses mises en abîme étaient transparentes – fictionnelles – que ses doubles écrivains n’avaient de lui que ce qu’il voulait bien leur accorder et certainement pas la vérité de son être, qui serait – selon moi – toujours à dénicher dans ce qui échappe à la volonté d’un auteur (le sous-texte). Josyane Savigneau plonge plus frontalement dans l’analyse, elle pense d’ailleurs qu’on ne peut pas considérer un roman pour lui-même, que défendre un auteur c’est obligatoirement situer chacun de ses écrits dans une oeuvre, elle a une vision à la fois plus érudite (forcément) et plus large, tout en étant – d’une façon charmante – encore impressionnée par l’homme, c’est vraiment intéressant. C’est aussi grâce à elle que j’ai découvert ceci : quelques 8 h d’entretien enregistrées en 2011 où Philip Roth s’exprime par courtes séquences sur tout un tas de sujets le concernant. Pépite ! Un très bon billet par Le lecteur.

Publicités