Baker

Une saison à LongbournJo Baker

Stock, 2014, collection la Cosmopolite, 396 pages

Traduit de l’anglais par Sophie Hanna (Longbourn 2013)

De nombreuses lectures d’Orgueil et préjugés ne sauraient vous renseigner quant à la vie quotidienne de l’époque : que mangeaient-ils ? Comment était-ce cuisiné ? Quelles étaient les modalités pratiques, comment faisait-on la lessive, le ménage, se déplaçait-on, quels étaient les standards d’hygiène et à quoi occupait-on ses journées  quand on n’était pas sous le joug des mondanités ? Jo Baker nous dit tout, nous montre la face cachée d’O&P, côté domesticité. Nous sommes au coeur de la cuisine de Mrs Hill, la gouvernante des Bennet, et aux côtés des quatre autres serviteurs nous nous levons à l’aube pour aller puiser de l’eau ou nous couchons à pas d’heure après avoir attendu dans le froid et la boue les demoiselles Bennet pour les ramener du bal en calèche. Parmi nous, néanmoins, nous vivons des moments aussi exaltants (même si moins glamour) et tant pis si l’image de Mr Bennet est écornée ou si notre si chère Lizzy fait parfois montre d’un manque de courtoisie flagrant… Un roman qui m’a beaucoup plu car il titille ma fibre sisyphienne, j’ai adopté immédiatement tous les personnages et m’y suis vue, comme si j’y étais, larmes aux yeux à la fin et tout. Un roman fait pour moi 🙂

Le billet de : Clara.

Publicités