« L’effet de surprise est d’autant plus important quand on décide de les enfreindre. »

Deadline

Deadline (Feed tome 2) –  Mira Grant

Bragelonne, 2013, & Folio SF 540 p.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Benoît Domis

Que dire d’un deuxième tome quand on ne peut rien révéler de l’intrigue ? Obligée d’émettre au compte-goutte des propos sibyllins qui ne peuvent forcément pas prendre sens pour qui n’a pas commencé cette trilogie – sans grand intérêt. Mais vouloir pourtant en dire quelque chose, pour célébrer le réel plaisir de lecture… Epineuse problématique. Si dans « FEED » les conditions de vie en 2040 étaient exposées, « DEADLINE » s’attarde sur des parties bien précises : par exemple, comment se déplace-t-on dans un monde où des zombies peuvent surgir n’importe quand de n’importe où ? La logistique est très importante, que ce soit sur route ou dans les airs. Contrôles à toutes les étapes, vérifications des charges virales permanentes – douloureuses, évidemment (se faire piquer et repiquer la main 38 fois par jour…), la fastidiosité est telle que les gens limitent drastiquement leur vie sociale (oh et faire ses courses ? L’enfer !). Nos amis blogueurs vont pourtant BEAUCOUP se déplacer, et mettre au jour quelques agissements au plus haut niveau des plus terrifiants… Car ce que ne cesse de décliner cette trilogie, c’est que les zombies ne sont pas le coeur du problème. NOUS sommes dangereux… Dernier chapitre ultra teasant qui fait précipiter le lecteur sur le tome 3. Vite.

Publicités