Mira Grant

FeedMira Grant
Bragelonne & Folio SF, environ 500 pages
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Benoît Domis

 L’enfer est pavé de bonnes intentions, c’est bien connu. C’est ainsi qu’un jour, une chercheuse ayant mis au point un vaccin contre le rhume l’a libéré dans l’atmosphère, cadeau pour l’humanité, plus jamais de nez qui coule pour personne. Sympa. Parallèlement, d’autres scientifiques bossaient sur un traitement contre le cancer. Succès ! Et grande joie pour les premiers traités. Tout allait bien dans un monde un peu meilleur, il faut bien le dire. Et puis des morts se sont relevés, ou plus exactement dans les corps tout juste éteints la mutation du vaccin cancer + rhume a activé un virus féroce, déterminé à se propager le plus possible et à bouffer toute cellule sur son passage : zombies. Et nous voilà en 2039, dans une société américaine qui doit vivre avec ça – et qui cherche évidemment à régler le problème. Nos narrateurs sont Georgia et Shaun, frère et soeur très proches, tout jeunes adultes. Ils sont très influents dans la blogosphère (qui n’a plus grand chose à voir avec celle de 2015) et sont choisis pour suivre la campagne d’un sénateur qui espère devenir POTUS (Président Of The United States). Georgia ne croit qu’en la vérité (et l’information) tandis que Shaun aime taquiner du zombie sur le terrain. Leur audience est tout pour eux, ils s’entourent des meilleurs collaborateurs et d’un matériel de pointe… Premier tome d’une trilogie, « FEED » est de ces romans qu’on engloutit avec une joie toujours renouvelée : non seulement l’action est vive et prenante mais de beaux accents de vérité viennent nous cueillir par instants et accentuent la frénésie de lecture. Ca coince un tout petit peu parfois par excès d’enrobage mais sans être réellement gênant, parce qu’on transpose avec une effrayante facilité et qu’on déguste en gourmet les extraits de blog qui terminent chaque (long) chapitre. Impossible de ne pas lire la suite ! (A venir…)

« Mon amie Buffy dit souvent que l’amour est ce qui nous réunit. Les vieilles chansons pop avaient raison, l’amour, il n’y a que ça de vrai, aucune discussion possible. Pour Mahir, la loyauté passe avant tout – peu importe la personne que vous êtes, du moment que vous êtes loyal. Pour Georgia, la vérité est tout ce qui compte. On vit et on meurt pour avoir une chance de dire une toute petite partie de la vérité, et éloigner le diable par la même occasion, avant de tirer sa révérence.
A mes yeux, tous ces idéaux se valent, et si c’est ce qui vous branche, tant mieux pour vous; mais au bout du compte, il faut que vous fassiez tout ça pour quelqu’un. Une seule personne, c’est suffisant, à laquelle vous pensez chaque fois que vous prenez une décision, chaque fois que vous dites la vérité ou que vous mentez.
J’ai la mienne. Et vous ?

Extrait de Vive le roi,
blog de Shaun Mason, le 2 janvier 2039. »

« Nous sommes une nation habituée à vivre dans la peur, la voilà la vérité. Si je veux être honnête avec vous, mais aussi avec moi-même, ça ne concerne pas uniquement notre nation, et il ne s’agit pas réellement d’une habitude. Ca concerne le monde entier, et c’est une addiction. Les gens sont accro à la peur. La peur justifie tout. La peur nous fournit une excuse toute trouvée pour renoncer à nos libertés, l’une après l’autre, au point de trouver normal qu’on nous suive à la trace et que le moindre de nos mouvements soit enregistré dans une dizaine de bases de données auxquelles monsieur tout-le-monde n’aura jamais accès. La peur crée, définit et façonne notre univers, et sans elle, la plupart d’entre nous se sentiraient perdus.
Nos ancêtres rêvaient d’un monde sans frontières, alors que nous passons notre temps à en imaginer de nouvelles, autour de nos maisons, de nos enfants, et de nous-mêmes. Nous limitons notre potentiel, jour après jour, au nom d’un idéal de sécurité que nous n’atteignons jamais. Nous avons pris un monde riche de possibilités et l’avons appauvri.
Et maintenant, vous vous sentez en sécurité ?

Extrait d’Âmes sensibles s’abstenir,
blog de Georgia Mason, le 6 avril 2040. »

« Vous voulez rester en vie face à une horde de zombies ? Simple : vous vous déplacez seul ou en petit groupe de personnes de même condition physique et de niveau de formation au maniement des armes comparable. Vous ne vous arrêtez jamais, vous n’hésitez pas et vous ne montrez aucune pitié pour les individus qui pourraient vous ralentir. Ce sont les directives de l’armée; pour ma part, si je croise un jour quelqu’un qui obéit à ces directives, je me sentirai obligé de l’abattre, ne serait-ce que pour améliorer le patrimoine héréditaire de l’espèce humaine. Si vous pouvez aider quelqu’un à rester en vie, vous le faites. Nous sommes tout ce qui nous reste. » (Shaun)

Publicités