« Est-ce qu’un lion peut attaquer un homme ? demandai-je.

– Pourquoi ?

– Pour la viande.

Lee me sourit.

– Un lion n’attaque jamais un homme. Sauf si le lion est trop vieux ou trop malade pour attraper une proie décente. Ou s’il est piégé, ou en colère, ou blessé, ou las, ou curieux, ou très affamé, ou juste foncièrement méchant.

– Merci, dis-je. Ca répond à ma question.« 

abbey

Le feu sur la montagne –  Edward Abbey

Gallmeister, 2008, 212 pages

Traduit de l’américain par Jacques Mailhos

Billy a dix ans et depuis toujours il vient passer l’été chez son grand-père. Au ranch, c’est à peine les Etats-Unis, c’est LE RANCH, l’endroit écrasé de sécheresse et de chaleur où toute la famille a toujours vécu, avec les vaches et les chevaux, sur ce territoire conquis aux Indiens et âprement défendu depuis. Billy en est dingue, la moindre parcelle de cet endroit lui plaît et il trippe des bulles à longueur de temps. Mais cette année est inquiétante dès son arrivée : nous sommes dans les années 60 et le gouvernement récupère les terres pour lancer ses essais de missile. L’expropriation menace et les esprits s’échauffent… Un western qui chante la beauté de l’Arizona et magnifie les liens filiaux. Tout en douceur, avec beaucoup de respect et un grand sens du récit.

Aimé également par : Papillon.

« Bon qui va donner à boire aux chevaux ?

Personne ne répondit. J’observai attentivement l’imminente jonction de la lumière et des ténèbres. Lee et Grand-père tournèrent la tête vers moi.

– D’accord, dit Grand-père, on réessaye différemment : qui fait la vaisselle ?

– Je vais donner à boire aux chevaux, dis-je.

– Parfait. Si tu t’y mets tout de suite, tu auras peut-être le temps de faire aussi la vaisselle.« 

Publicités