Prose

Blue Angel Francine Prose

Métailié 2001 & Points 2008, 444 pages

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cécile Nelson (2000)

Il enseigne à l’université l’écriture de fiction. C’est une petite université peu cotée, il n’a écrit qu’un roman (qui a bien marché, mais ça commence à dater et il est sec), ses étudiants (une poignée) sont nuls, sa fille a plus ou moins coupé les ponts et il a déjà quarante-sept ans. Son mariage, pourtant, est plutôt solide et il flirte gentiment depuis des années avec une collègue. On pourrait dire que Ted est un bon pépère sur une pente gentiment descendante, sans drame aucun. Seulement Ted est faible, notamment envers l’extrême séduction qu’exerce le talent sur lui, et quand une de ses étudiantes – la plus improbable pourtant, à moitié gothique et d’une insignifiance totale jusque là – lui fait lire chapitre par chapitre le roman qu’elle a commencé à écrire, il est subjugué, sans avoir aucune compétence pour mener une double vie… Un roman très sympathique aux saveurs davidlodgiennes que j’ai d’autant plus apprécié que je l’ai déniché sur l’étagère des livres laissés par les locataires dans le très chouette endroit où j’ai passé une semaine de vacances. Saurez-vous reconnaître ma propre contribution ? 🙂

Livres loc

Publicités