BONUS.indd

BonusLaurent Chalumeau

Grasset 2010 & Payot & Rivages 2012, 436 pages

Fabrice vient de passer trois ans en prison à Tours : détournements de fonds dans le syndic où il travaillait, première condamnation et paf, trois ans fermes. Pas de bol, le juge était franc-mac, comme son patron, pense-t-il. Trois années à faire semblant, à se surveiller en permanence, les attitudes, les gestes, ne surtout rien montrer de son homosexualité, ça ne pardonne pas en prison. Là, libre, il vient de débarquer chez sa (demi) soeur sur la côte d’Azur. Sympa, elle le loge et lui a même déniché un petit job (représentant en auto-brozant), et son mari est accueillant lui aussi (peut-être un petit trop mignon pour son bien mais…). Ce beau-frère a un métier peu banal, il fait du BTP accro, tous les chantiers où ces types bossent au mépris du vertige perchés très haut. Par hasard, il va tomber sur une possible arnaque et ils vont s’y mettre en famille… Un ex-PDG au compte en banque bien rempli plongé dans une procédure judiciaire où il risque gros : vont s’y trouver mêlés une avocate stagiaire, un garde du corps, un ancien prof de littérature anglaise et nos trois zozos. Ca déménage ! Pour une première rencontre avec l’univers de Laurent Chalumeau c’est une très bonne surprise, la plume est super entraînante et d’une légèreté inattendue (dans le bon sens du terme !); je craignais quelque chose d’un peu San Antonio ou du moins chargé en argot etc. et pas du tout ! L’univers des français moyens (très moyens, comme dit la 4° de couv) est représenté par quelques ellipses grammaticales (mais rien de méchant, au contraire, c’est plutôt drôle) et l’ambiance est très pince-sans-rire. On n’est ni dans la farce ni dans l’absurde, mais à l’inverse dans une intrigue très sérieusement menée (avec des univers très référencés qui se croisent), en compagnie de personnages parfaitement crédibles et intéressants, et les péripéties s’enchaînent à un rythme soutenu. C’est hyper drôle parce qu’ils sont tous à fond dedans, et que le lecteur ne peut pas s’empêcher de le lire ainsi, au premier degré – pour aussitôt éclater de rire mentalement devant sa propre crédulité. Beaucoup aimé.

Publicités