Mauvaises eauxInger Wolf

Mirobole éditions 2014, 347 pages

Traduit du danois par Alex Fouillet (Ondt Vand, 2012)

wolf

Pour bien faire, il aurait fallu commencer par la première enquête, « Nid de guêpes« , mais faire connaissance avec le commissaire Daniel Trokic par ce tome-ci n’est pas un problème. On commence par une scène qui plante bien le décor : une femme agonise dans une baignoire fermée par une lourde planche, qu’elle parvient à entailler tout juste pour faire passer un rai de lumière; ce qu’elle prenait pour de l’eau est son propre sang, et elle est couverte de sangsues… Peu de temps après, deux valises sont retrouvées, contenant chacune ce qu’il reste de deux corps féminins (aplatis au marteau) (bon appétit !). Ce sera bientôt trois, charge aux enquêteurs de tout faire pour arrêter ce massacre… Une enquête très classique, aussi bien dans son déroulement (la geek, le commissaire un poil sur le retour, la fausse piste etc.) que par son ambiance (les détails de la société danoise contemporaine), mais qui remplit parfaitement son office et dont le suspens est très correctement accrocheur. Le petit plus étant ce qu’on apprend sur les sangsues (c’est intéressant pour de vrai) et sur quelques rites (terrifiants) africains. Sympa !

Publicités