La femme d’un hommeA.S.A Harrison

Le livre de poche, 2014, 328 pages

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Audrey Coussy (The Silent Wife 2013)

Harrison

Premier (et unique) roman de l’auteure, malheureusement décédée avant sa parution, « La femme d’un homme » raconte l’histoire de Jodi et Todd, en alternant leurs points de vue. Ca commence comme une crise conjugale classique : quarante-cinq ans, pas d’enfants, ensemble depuis vingt ans et en apparence vie sans nuages. Il est un entrepreneur au train de vie luxueux (Porsche, Rollex, etc.) sans être vraiment riche pour autant, elle est une femme au foyer qui exerce avec parcimonie comme psychothérapeute (elle choisit ses patients, peu nombreux et aux pathologies très ciblées). Il est volage, elle est ultra casanière. Ils ont sans jamais en formuler les termes construit une sorte d’accord, l’harmonie dans leurs rapports passe par un incroyable nombre de non-dits. Mais ça fonctionne, la vie quotidienne est sereine, en surface. Tout éclate lorsque Todd met enceinte la très jeune fille de son meilleur ami… Un roman prenant qui est aussi déconcertant, tant sous une narration qui semble très logique se dressent de multiples dysfonctionnements. C’est ce que j’ai beaucoup aimé, ce jeu entre les apparences lisses, qui flirtent en permanence avec les clichés les plus énormes, et la réalité très torturée des protagonistes qui chacun dans leur genre refusent absolument (et à eux-mêmes en premier lieu) de nommer les choses pour ce qu’elles sont. On entre dans ces pages dans une sorte de spirale qui parvient même à nous étonner. Pas mal du tout !

Publicités