« La Trace du fils » – Gaspard-Marie Janvier

Editions Fayard, 2014, 200 p.

Janvier

« La Trace du fils » ressemble à un conte : un père poursuit son beau-fils dans une montagne aussi périlleuse que bienveillante, hors de toute contemporanéité. Leur histoire est pourtant très actuelle, et par petites avancées dans le récit le lecteur calque lui-même le pragmatique sur les impressions floues livrées par les personnages. C’est parce que Cecil (le père) a consolé Bénédicte (la mère) après la mort de Didier (le père biologique) qu’Abel (le fils) est devenu l’aîné de ses petits enfants (il en a des grands aussi, nés de son union avec Bigmother qui n’a pas pardonné la consolation de Bénédicte). Mais Cecil est un homme compliqué, dans une situation banale mais pas facile pour autant. Alors que son deuxième mariage périclite, voilà qu’Abel fait une fugue et qu’il se lance à sa poursuite, faisant alors confluer femmes et enfants vers une compréhension plus fine de leur situation… De rencontres fantaisistes en difficultés de la montagne à l’entrée de l’hiver, ces 222 pages à la limite de l’onirique regorgent de situations inattendues et nous parlent de la famille du XXI° siècle, dans une construction originale.

Lu dans le cadre d’ « On vous lit tout« , en partenariat avec Libfly.

Publicités