« Il faut deux personnes pour briser un mariage, chéri. Et j’étais l’une d’elles.« 

La théorie de la lumière et de la matièreAndrew Porter

L’Olivier, 2011, 205 pages

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par France Camus-Pichon (The Theory of Light and Matter 2008)

Porter

Dix nouvelles à la tonalité résolument mélancolique, où il est souvent question d’un enfant de treize ans et de son point de vue sur les évènements (toujours tristes et énigmatiques, du moins selon son regard), avec le contrepoint de l’adulte qu’il est devenu. La famille est le thème central, les parents, les relations inter-générationelles, mais aussi celle que l’on se crée, les admis dans le cercle intime, la frontière entre l’amour et l’amitié – si tant est qu’elle existe. Le questionnement est incessant, renouvelé, quelle que soit la situation ce qui court sous les lignes c’est la tentative de compréhension, le retournement dans tous les angles possibles et imaginables. C’est beau, triste, vivant. Prix Flannery O’Connor. Coup de coeur pour Clara.

Publicités