Un hiver aux CanariesRiikka Ala-Harja

Editions Gaïa 2012, 175 pages

Traduit du finnois (2010 Kanaria) par Paula et Christian Nabais

ala harja

C’est simple : deux (trois) pages et on change de protagoniste, et ils sont trois. Nous sommes aux Canaries, ils sont finlandais (sauf Dior), ils passent l’hiver. Ils sont brossés en quelques phrases, on se fait une idée d’eux. Elle sera fausse, ou tout au moins mise à mal… Un roman court et nerveux qui distille un certain malaise, sciemment entretenu et savamment construit (et également, d’ailleurs, par la traduction, que j’ai trouvée excellente, et pourtant il paraît que s’y mettre à plusieurs serait un moins, pas là en l’occurrence). En racontant au fond ce qui ne sont que quelques journées dans la vie des personnages, Riika Ala-Harja les leste de toute une vie et à travers chacun met au jour des problématiques beaucoup plus vastes (le racisme, l’émigration, la folie, entre autres) . J’ai trouvé l’ensemble très fortiche, vraiment, original et solide. Merci Cathulu !

Publicités