« La dégustation d’un livre est peut-être plus solitaire que celle d’un vin. Mais ils ont ceci de commun que leur goût se déploie et s’affine à la discussion.« 

Etienne DavodeauLes ignorants (récit d’une initiation croisée)

Futuropolis 2011, 264 pages

Davodeau 1

Et voilà comment tout a commencé (ou presque) : deux amis aux univers très différents, l’un est auteur de BD, l’autre vigneron; deux ignorants dans leurs domaines respectifs; deux gars prêts à apprendre, à découvrir, à partager surtout. Et ça donne une merveille d’intelligence, de finesse et d’humour, qui donne soif au sens littéral et métaphorique aussi. Allez on irait bien nous aussi, hirsutes et velus, tailler les pieds de vigne en hiver ou crier « seau ! » pendant la vendange, toujours décidée la veille (« au goût » du raisin, pour Richard Leroy), on aimerait en savoir suffisamment pour établir son propre avis quant au soufre ou à la biodynamie, sans parler des tonnes d’envies de lecture déclenchées par les divers salons de la BD dans lesquels on se rend, ou cette déclaration si limpide et tranquille de Richard : « Moebius, c’est pas bon. » Le vin, les livres, bien sûr, mais surtout l’amitié, la vie, des choses évidentes, le passage du temps, la liberté de n’appartenir à aucune chapelle, de ne sacrifier à aucun dogme, une irrévérence sereine qui jamais – jamais – ne se teinte d’arrogance, du plaisir, du travail, de l’excellence. Génial.

Davodeau 2

 

Tout le monde (ou presque) l’a déjà lu, et Mango a répertorié les liens.

 

Publicités