Des larmes sous la pluieRosa Montero

Traduction (Esp.) de Myriam Chirousse, Métailié 2013

montero larmes

Sur le papier, ce roman avait tout pour me plaire, auteur que j’apprécie, super traductrice, SF, et particulièrement thème des androïdes à la recherche d’un supplément d’humanité, mais si l’ensemble est plaisant à lire le déclic ne se produit jamais : je suis restée plutôt extérieure. Pourtant, se retrouver aux côtés d’une réplicante de combat obsédée par le décompte du temps qu’il lui reste à vivre et perturbée par une mémoire que l’on a trop chargée aurait dû me transporter dans des abîmes d’excitation, tout autant que les extraits des archives pleines de détails croquignolets sur nos conditions de vie en 2109, sans parler de l’enquête dans laquelle nous sommes vite immergés et qui amène à se demander en permanence qui est avec et qui est contre nous, et puis évidemment ces beaux personnages extra-terrestres, non, en fait tout est bien pris individuellement mais l’osmose reste absente, pas de coeur qui bat, pas d’attente nerveuse et comme une petite envie de me laisser aller à l’ennui pur et simple, c’est bien simple je me choquerais toute seule, tiens, si je ne me surveillais pas de très près. Tant pis !

« Il y avait quelque chose dans ce foutu roman qui semblait n’avoir été écrit que pour elle. Quelque chose de terriblement proche, reconnaissable. Quelque chose qui frôlait l’insoutenable.« 

« C’est à cet instant qu’elle décida d’arrêter le psychoguide. Arrêter le psychoguide, arrêter la boisson, arrêter la vie désordonnée, arrêter la fureur, arrêter l’angoisse, arrêter d’être rep.« 

« C’était ça l’amour, en vérité : avoir quelqu’un avec qui partager ses bizarreries.« 

Merci Yue Yin, SBM détaille, Cachou a aimé mais sans sauter partout, Dédale a trouvé ça captivant, Béa en a fait deux billets, coup de coeur pour Eva, bon roman pour Keisha, Jostein, ou encore Mrs Figg.

Publicités