Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

The Private Eye

The Private Eye de Brian K. Vaughan, Marcos Martin et Muntsa Vicente Urban Comics 2017, 304 pages Trad. Jérémy Manesse Quand on a lu « Saga » ou « Y. le dernier homme » de Brian K. Vaughan, on a forcément envie de continuer... Lire la suite →

Publicités

« Egoïstes et avides et naïfs. Ça ne fait pas une combinaison gagnante. »

Ceux d’ici de Jonathan Dee Plon, collection Feux croisés, 2018, 348 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Elisabeth Peellaert « Tout, chez lui, puait la grande ville. Il ne cherchait pas à tromper son monde (…) mais les gens de Manhattan... Lire la suite →

« Alors j’ai pensé à cette expression, à tombeau ouvert. »

Les loyautés de Delphine de Vigan JC Lattès 2018 206 pages Quatre personnages, qui s’expriment tour à tour. En leur nom propre, sauf Théo, distancié par la troisième personne. Tout tourne autour de Théo, d’ailleurs. Douze ans, presque treize, en... Lire la suite →

« Aujourd’hui il est partout, le fardeau du faux. »

L’Aventuriste de J. Bradford Hipps Belfond 2018, 344 pages Traduit de l’américain par Jérôme Schmidt « Peu importe quelle fiction nous nous racontons, c’est toujours celle, américaine, de l’éthique du travail qui se déroule devant nos yeux. » Henry Hurt a... Lire la suite →

« Te tords pas la tête, on s’en fout de comprendre, grouille toi d’accepter et passe à la suite »

Tombée des nues de Violaine Bérot Buchet-Chastel, 2018, 160 pages Un village de montagne, un couple, la quarantaine, avec des chèvres, un peu de culture, et une nuit un bébé qui naît par surprise. Déni de grossesse. Un choeur nous... Lire la suite →

Pêle-mêle de nouveautés (1)

 Une question de temps de Samuel W. Gailey (Gallmeister) Trad. Laura Derajinski A 15 ans, Alice a vécu un drame. Sur la route depuis six ans, elle s'enfonce lentement mais sûrement dans le pire : de petits boulots merdiques en... Lire la suite →

« Voilà peut-être pourquoi je continue à emmener des gens en bateau : j’espère que quelqu’un finira par transcrire ce sentiment avec des mots. « 

Face au vent de Jim Lynch Gallmeister 2018, 361 pages Traduit de l’américain par Jean Esch « Comme nous avions juste assez de vent pour rentrer, personne ne parlait, nous ne voulions pas gâcher cet instant, et nous étions des muets... Lire la suite →

« Il est beau, cet homme, nous étions sous le charme de son élocution précise et douce, mais cette manie de ne pas répondre nous fait suspecter une mauvaise foi qui le rend aussi moche qu’un autre. »

Clientèle de Cécile Reyboz Actes Sud 2018, 200 pages Avocate. Spécialisée en droit du travail. Un grand fils (qui l’inquiète), une fille idéale ado (qui n’existe pas), un amoureux avec qui elle décrypte les bars, restaurants et boites parisiennes. Voici... Lire la suite →

« Nous naissons et nous sommes désorientés par l’impensable du réel. »

Les oiseaux morts de l’Amérique de Christian Garcin Actes Sud, 2018, 216 pages Hoyt Stapleton est un rescapé de la guerre du Vietnam. Il cohabite avec deux autres vétérans (Irak, Afghanistan) dans les canalisations autour de Las Vegas. Traumatisés, laissés... Lire la suite →

Meilleurs voeux à toutes et tous, que 2018 vous soit douce !

« Le mieux avec les cinglés, disait toujours mémé Win – le seul truc, en réalité -, c’est de ne pas se trouver sur leur chemin. »

C'est le coeur qui lâche en dernier de Margaret Atwood Pavillons, Robert Laffont 2017, 450 pages Traduit de l’anglais (Canada) par Michèle Albaret-Maatsch Dans un futur tout proche (si proche), la crise économique a à ce point dévasté la société... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (44)

Rock'n'roll baby ! d'Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse) Avant Paco, on peut offrir (dès 1 an) ces petits imagiers sonores, qui sont littéralement géniaux. L'appui sur les puces est très facile, il y a un rabat pour mettre en position on/off... Lire la suite →

« La morale de cette histoire, c’est que si une petite fille vous demande de l’aider à cueillir des fleurs, il faut l’aider. »

La vie est un millefeuille à la vanille de Lars Vasa Johanson Fleuve éditions 2017, 412 pages Traduit du suédois par Hélène Hervieu Anton est un magicien professionnel, à l’ancienne. Tours de carte et manipulations fines, ses numéros n’ont pas... Lire la suite →

Le meilleur de 2017

Dans ce que j’ai lu cette année des parutions 2017, je retiens, nomme et élis : La toile de Sandra Lucbert La daronne d’Hannelore Cayre Me voici de Jonathan Safran Foer (Trad. Stéphane Roques) La Diaspora des Desrosiers de Michel... Lire la suite →

« Parce que, soyons clairs, ce qui m’arrive est absurde. »

Une position inconfortable de Francesco Muzzopappa Autrement 2017, 231 pages Traduit de l'italien par Marianne Faurobert « C’est vrai, quoi, de nos jours, toute la fiction télévisuelle italienne est au service de la Maréchaussée et de l’Eglise, et moi, écrire des... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑